DROUAILLET André, Julien

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 13 septembre 1919 à Dijon (Côte-d’Or), mort par accident le 28 octobre 1944 à Lure (Haute-Saône) ; résistant du 1er régiment FFI de Bourgogne.

André Drouaillet était le fils de Julien, âgé de 41 ans, vigneron et de Claudine Couchot, âgée de 38 ans, sans profession, domiciliés aux Échaillons, à Dijon. Il était célibataire et domicilié à Dijon.
Il entra dans la Résistance au maquis Bonaparte puis s’engagea au 1er régiment FFI de Bourgogne, constitué à Dijon sous les ordres du commandant René Alizon. Il fut affecté à la 2e compagnie et à la 1re section. Le 26 octobre la compagnie gagna des positions à 3km de Magny-Jobert. Les patrouilles ennemies étaient fréquentes. Des tirs étaient effectués sur des patrouilles invisibles. C’est ainsi que le caporal Drouaillet fut blessé par un tir accidentel le 27 octobre à Magny-Jobert et décéda le 28 à l’hôpital de campagne, à Lure (Haute-Saône) des suites de ses blessures.
Il obtint la mention « Mort pour la France », dossier SHD Caen AC 21 P 173615 (nc).
Son nom figure sur le monument du maquis Bonaparte, à Brazey-en-Plaine (Côte-d’Or).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236098, notice DROUAILLET André, Julien par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 2 janvier 2021, dernière modification le 9 janvier 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Gilles Hennequin Le régiment de Bourgogne, auto édition, Dijon, 2006.— Musée de la résistance 1940-1944 BRASSARD DU RÉGIMENT FFI BOURGOGNE.— Mémoire des Hommes.— Mémorial genweb.— État civil (acte de naissance).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément