EYOT Yves, Jean, Joseph

Par Alain Dalançon, Jacques Girault

Né le 18 avril 1912 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), mort le 11 février 2001 à Paris (XVIIIe arr.) ; professeur agrégé de grammaire ; résistant ; militant communiste ; militant syndicaliste du SNES.

Son père, Fernand Eyot, dessinateur aux chantiers navals de Penhoet, devint ingénieur et participa à la construction du paquebot Normandie ; sa mère, Marie Baumal, était sans profession. Ses parents l’envoyèrent au catéchisme et il fit sa communion. Yves Eyot effectua ses études secondaires au collège Aristide Briand de Saint-Nazaire, où il obtint les baccalauréats « philosophie » et « mathématiques ». Élève pensionnaire en khâgne au lycée de Rennes (Ille-et-Vilaine) de 1931 à 1934, il fut admissible à l’ENS de la rue d’Ulm, obtint une bourse de licence et poursuivit ses études à la faculté des Lettres.

Yves Eyot épousa, le 25 septembre 1937, à Saint-Marc-sur-mer (Saint-Nazaire), y compris à l’église, Simone Josse, attachée à la SNCF en gare Saint-Lazare à Paris. Le couple eut cinq enfants qui ne reçurent aucune formation religieuse. Il était personnellement « incroyant, mais très tolérant ».

Il effectua son service militaire dans un régiment d’infanterie à Paris (1937-1938) puis enseigna comme professeur délégué au lycée de Lorient à partir de la rentrée d’octobre 1938.

Mobilisé en août 1939 à Maisons-Lafitte, il fut versé dans la réserve comme père de deux enfants ; évacué dans les Landes le 24 mai 1940, comme caporal, cuisinier, il fut démobilisé, le 26 juillet, à La Bastide d’Armagnac où il était chef de l’abattoir.

Après sa réussite à l’agrégation de grammaire en 1941, il fut nommé au lycée
Georges Clemenceau à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique). Il entra dans la Résistance dans l’été 1943 dans le réseau SSMF-TR (Réseau de sécurité militaire français-Travaux ruraux) et fut arrêté le 27 avril 1944 à Liré (Maine-et-Loire) où sa famille était réfugiée depuis les bombardements de Nantes. De la prison du Pré-Pigeon à Angers, il fut transféré le 9 juin à Compiègne d’où il partit en déportation pour Dachau-Allach, le 18 juin. Il revint en France le 26 mai 1945.

Après avoir repris son poste au lycée Clemenceau à la rentrée 1945, il obtint sa mutation à l’annexe de Montmorency (Seine-et-Oise) du lycée Jacques Decour à partir d’octobre 1947, puis au lycée Carnot à Paris (XVIIe arr.) d’octobre 1956 jusqu’à la retraite en juin 1972.

Yves Eyot fut le secrétaire adjoint de la section (S1) du lycée de Nantes du Syndicat national de l’enseignement secondaire puis le secrétaire du S1 du lycée Carnot, y défendant les positions du courant de pensée « Unité et Action » (U&A). Il avait écrit un long article dans L’Université syndicaliste à la rentrée de 1951, « Réflexion d’un examinateur au bac » au sujet de l’explication de texte, où il défendait une conception de la culture générale ouverte sur le monde et la simplification de l’orthographe. Il était encore un secrétaire de S1 très actif du nouveau SNES durant le mouvement de mai-juin 1968.

Membre du Parti communiste français depuis 1952, Yves Eyot fut élu conseiller municipal de Montmorency en 1953, et se présenta aux élections cantonales. À Paris, adhérent du Mouvement de la paix, il fut le secrétaire de la cellule Léon Lavoir, puis, bien que « contestataire » selon ses propos, secrétaire de la section communiste du XVIIe arrondissement, diffuseur de l’Humanité pendant toute sa vie de militant communiste.

Yves Eyot s’était spécialisé dans les questions de l’esthétique et collaborait à La Nouvelle Critique. Il participait à des groupes de recherches sur ces questions, notamment dans le cadre du Centre d’études et de recherches marxistes où il animait le groupe PALPE jusqu’en 1993. De 1987 à 1997, il faisait partie du comité de rédaction de la revue Esthétique Cahiers.

Toujours membre du PCF, Yves Eyot mourut à l’hôpital Bichat. Il avait fait don de son corps à la science.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23613, notice EYOT Yves, Jean, Joseph par Alain Dalançon, Jacques Girault, version mise en ligne le 2 novembre 2008, dernière modification le 6 janvier 2020.

Par Alain Dalançon, Jacques Girault

ŒUVRE : L’objet de l’esthétique, Paris, Cahiers du CERM, 1972, 44 feuilles. — Genèse des phénomènes esthétiques, Paris, Editions sociales, Terrains, 1978, 414 p. — Fais de ton mieux : réflexions sur ma vie comme éléments de réflexions sur la vie humaine, l’esthétique, la morale, la liberté, Paris, EC, 1999, 311 p.

SOURCES : Arch. IRHSES (S3 de Paris, L’Université syndicaliste). — La Nouvelle Critique. — SHD, dossier Force françaises combattantes et déportés et internés de la Résistance,Vincennes, GR16 P/213458 ; Caen AC 21P/ 642813. — Renseignements fournis par la fille de l’intéressé. — Etat civil de Saint-Nazaire (en ligne).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément