GUINET Olivier, René, Auguste [pseudonyme dans la Résistance : Jimmy il francese]

Par Jean-Marie Guillon

Né le 1er février 1920 à Soulac-sur-Mer (Gironde), tué au combat le 30 avril 1945 à Turin (Piémont, Italie) ; jardinier ; vice-commandant de la 48e brigade de partisans italiens garibaldiens.

Olivier Guinet dit Jimmy il francese
Olivier Guinet dit Jimmy il francese

Originaire de Soulac-sur-Mer (Gironde) et non de Saintes comme mentionné sur le site mémoire des hommes/Les morts pour la France, il avait requis au Service du travail obligatoire (STO), mais il s’échappa et arriva au Piémont. D’après Michel Fauchier, il serait parvenu dans la haute vallée du Pô après être passé par la Suisse. D’après le site de l’ANPI (Association nationale des résistants italiens), il n’y serait arrivé qu’en février 1944. Il rejoignit les partisans italiens et intégra une unité « garibaldienne » (communiste). Il prit le commandement d’un détachement et fut blessé lors d’un affrontement. Il combattit dans les Langhe (province de Cuneo, Piémont) au moins à partir de mai-juin 1944. Audacieux, quelque peu « tête brûlée » d’après Fauquier, il devint le second d’Amilcar Ghibellini alias Michel, un ancien de la Légion étrangère qui commandait la 48e Brigade d’assaut Garibaldi. Il en fut nommé le vice-commandant. Il fut tué au combat dans les derniers moments de la libération, à Turin, le 30 avril 1945, par un tireur isolé.
Il fut l’un des peu nombreux partisans français à être décorés par les Italiens. Fait exceptionnel, ils lui remirent à titre posthume la plus haute distinction, la médaille d’or de la valeur militaire. Elle lui fut décernée le 28 octobre 1970 par le président de la République italienne, Giuseppe Saragat avec la citation suivante :
« Patriote français évadé de prison, il entra en Italie et demanda à combattre avec les formations partisanes opérant au Piémont. D’emblée, il participa à de nombreuses actions dangereuses et mit en évidence ses qualités de combattants et de chefs. Chargé de tenir une position clé alors qu’il commandait un détachement, il combattit courageusement un bataillon ennemi, contre-attaquant finalement à la tête de ses hommes bien que blessé, obligeant l’adversaire d’abord à reculer, puis le mettant en déroute avec de lourdes pertes. Au cours de beaucoup d’autres actions, soit contre des blindés, soit contre des forces ennemies toujours supérieures en nombre et en moyens, il fit la preuve de son intelligence et de ses qualités de cœur, ainsi que de son idéal de liberté. Alors que l’on voyait pointer l’aube radieuse de la victoire, il fut blessé à mort durant la libération d’une grande ville, sacrifiant généreusement son existence pour la causa de la liberté. »
La mention « Mort pour la France » lui a été accordée. Son nom a été donné à une rue de Soulac.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236130, notice GUINET Olivier, René, Auguste [pseudonyme dans la Résistance : Jimmy il francese] par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 2 janvier 2021, dernière modification le 5 janvier 2021.

Par Jean-Marie Guillon

Olivier Guinet dit Jimmy il francese
Olivier Guinet dit Jimmy il francese

SOURCES : site mémoire des hommes SHD Vincennes GR 16 P 280345 et Caen AC 21 P 200765 (à consulter). — sites internet anpi.it /Donne-e-Uomini della Resistenza (25 juillet 2010) et museotorino.it/view. — Michel Fauquier, Itinéraire d’un jeune résistant français (1942-1945), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 203.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément