DEWAELE Henri-Ernest, dit « Waelken ».

Par Willy Haagen

Izegem (pr. Flandre occidentale, arr. Roulers-Roeselare), 18 août 1872 – Izegem, 24 mars 1942. Ouvrier puis permanent syndical, dirigeant de sociétés coopératives, fondateur et militant de plusieurs organisations socialistes, syndicaliste, conseiller communal d’Izegem, sénateur représentant l’arrondissement de Roulers-Tielt (pr. Flandre occidentale).

Fils d’August Dewaele, tisserand, et de Marie Sylvie Loosvelt, issu d’une fratrie de neuf enfants, Henri Dewaele, époux d’Irma Marie Loncke, exerce la même profession que son père. Le 20 mai 1906, il est un des fondateurs du Syndicat des brossiers d’Izegem, dont il devient le premier percepteur de cotisations. La même année, il se charge du secrétariat du club de propagande socialiste.
En 1908, Henri Dewaele est licencié et mis à la porte de son logement à cause de ses activités militantes. Il séjourne un temps à la Maison du peuple et éprouve des difficultés à trouver du travail.

En novembre 1908, Henri Dewaele est obligé de déménager à Lens (département du Nord, France) où il travaille comme mineur pendant deux ans. Son départ a pour conséquence la mort lente du mouvement socialiste d’Izegem. Dans le nord de la France, il entre en contact avec de nombreux syndicalistes socialistes.

En octobre 1910, Henri Dewaele, ouvrier brossier, est de retour dans sa ville natale. Sous l’impulsion de J. Coole, le Syndicat des brossiers et le club de propagande sont refondés. Le 8 octobre 1911, Dewaele cofonde la mutualité socialiste Vrijheid en Broederschap (Liberté et fraternité) dont il est le secrétaire. Fin 1911, à nouveau licencié, il est mis à la porte de son logement par son propriétaire qui est également son patron. Une grève de solidarité éclate aussitôt. Elle dure trois semaines mais c’est un échec. Le syndicat propose au ouvriers de le nommer employé et propagandiste permanent ce qui est accepté. Plus tard, Henri Dewaele devient secrétaire des syndicats professionnels socialistes, du syndicat professionnel d’Izegem et environs. Il est membre de la Commission paritaire de l’industrie de brosses.
En avril 1912, il est élu membre du conseil des prud’hommes sur une liste libérale socialiste à Roulers. À partir de 1913, il s’occupe également du journal De Volksplicht (le devoir du peuple), organe du Belgische werkliedenpartij (BWP-Parti ouvrier belge) de l’arrondissement de Roulers-Tielt.

Pendant la Première Guerre mondiale, Henri Dewaele siège, notamment avec le socialiste Jules Naert, au Comité de secours et d’alimentation d’Izegem. Il y propose la création d’une école professionnelle de brossiers ce qui est rejeté.

Après la guerre, Henri Dewaele s’occupe de la création d’un « comité d’action » socialiste dont il devient le secrétaire. Il poursuit sa charge de secrétaire et d’administrateur du syndicat socialiste et de la coopérative. Avec J. Coole* et A. Segier*, il fait une enquête sur les conditions sociales dans l’arrondissement de Roulers-Tielt. Les résultats de cette enquête sont publiés par J. Coole dans la brochure intitulée Achter Het Gordijn (derrière le rideau).
Le 22 janvier 1929 est créé, sous la présidence de Dewaele, une ligue socialiste des locataires, afin de lutter contre une prolongation de la loi sur les loyers de 1929 et les augmentations de loyer déjà annoncées. Henri Dewaele siège d’ailleurs au conseil d’administration de la société de construction d’Izegem.

En mai 1930 est créé à Izegem-Emelgem (aujourd’hui commune d’Izegem) une section du Socialistische arbeiders radio-omroep voor Vlaanderen (SAROV – radio-émissions des ouvriers socialistes de Flandre). Henri Dewaele se charge du secrétariat de cette activité. Lors de la remise sur pied de la section en septembre 1938, c’est Henri Maertens qui lui succède.

Sur le plan politique, Henri Dewaele s’investit dans sa commune : élu pour la première fois lors des élections communales du 10 octobre 1926, il est réélu le 9 octobre 1932 et le 16 octobre 1938. Sous son impulsion, plusieurs organisations culturelles et sportives sont créées : un corps de musique socialiste, un groupe de gymnastique, un groupe de théâtre, une bibliothèque et une organisation féminine. En octobre 1923, Dewaele siège au conseil d’administration de l’école libre de musique à Izegem.
Le 5 avril 1925, Henri Dewaele est élu sénateur de l’arrondissement de Roulers-Tielt en lieu et place du baron Gillès de Pélichy (il est d’ailleurs croustillant d’observer son nom d’ancien ouvrier brossier au milieu de nombreux petits « de » dans les annuaires sénatoriaux). Il est confirmé dans cette fonction lors des élections du 27 novembre 1932 et du 24 mai 1936. Il est membre de la Commission de la défense. Il présente également une proposition de loi en relation avec la maladie et l’invalidité prématurée et intervient sur les questions de pension, de chômage, de bail à ferme, la loi de milice.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236242, notice DEWAELE Henri-Ernest, dit « Waelken ». par Willy Haagen, version mise en ligne le 5 janvier 2021, dernière modification le 25 mai 2021.

Par Willy Haagen

SOURCES : Le Parlement belge 1930, Bruxelles, 1930, p. 89-90 – Voor allen, arrondissement Roeselare-Tielt, 8 juli 1951, p. 4 ; 5 juni-23 juni 1951, p. 4 (icono) – Vooruit, 15 maart 1967, p. 2 (icono) – DE VULDERE R., Biografisch repertorium der belgische parlementairen, senatoren, en volkvertegenwoordigers, 1830-1965, RUG, Gent, 1965, p. 928 – VAN MOLLE P., Le Parlement belge, 1894-1969, Anvers, 1969, p. 125 – DE GRAEVE W., MULIER L., De geschiedenis van de socialistischearbeidersbeweging in Izegem, Izegem, 1985.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément