ALABERGÈRE André alias Fred dans la résistance

Par Eric Panthou, Henri-Ferréol Billy

Né le 7 avril 1922 à Montluçon (Allier), mort le 25 octobre 2016 à Paris, XIII° arr. ; membre des Jeunesses communistes (JC) ; résistant au sein des Francs-tireurs et partisans (FTP) dans l’Allier et le Puy-de-Dôme.

Fils de Luis Célestin, employé à la Compagnie de chemin de fer Paris-Orléans (PO), et d’Hélène Doucet, sans profession, André Alabergère -également orthographié par erreur Alabergue dans le dossier d’homologation du maquis Hoche- habitait Montluçon au moment de l’Occupation. Il était sans doute un des cadres des Jeunesses communistes quand le 5 janvier 1943, aux côtés de Louis Bavay, alias Tilou, responsable des JC de l’Allier, il rencontra des représentants gaullistes. Il s’agissait d’organiser une action commune pour empêcher l’envoi de jeunes du STO en Allemagne. L’opération eut lieu le lendemain à l’occasion d’un départ d’un train en gare de Montluçon. Ce fut un succès puisque si le train partit, ce ne fut qu’avec 37 jeunes contre environ 300 prévus initialement.
Alabergère rejoignit après la manifestation du 6 janvier, le camp FTP Hoche qui aurait officiellement été créé le 20 mai 1943 à Verneuil-en-Bourbonnais. Il en devint le Commissaire Technique (CT), Georges Gavelle le Commissaire aux Opérations (CO) et "Tilou" Bavay le Commissaire aux effectifs (CE).
L’attaque du PC situé à Boënat le 25 septembre 1943 causa la dissolution du maquis le 30. Ils furent nombreux à être mutés dans d’autres départements. Alabergère fut quant à lui muté au camp FTP Gabriel Péri dans le Puy-de-Dôme.
Sous le nom de guerre de Fred, André Alabergère fut nommé sous-lieutenant puis lieutenant en tant que Chef de détachement, avant d’être envoyé à l’état-major départemental des FTP. Sa durée de service démarra le 27 septembre 1943 et cessa en 1944, sans que soit précisée la date exacte.

Il a été reconnu FFI. On ignore son parcours professionnel ou militant après-guerre.

Il s’était marié le 20 octobre 1945 avec Madeleine Missonnier à Montluçon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236361, notice ALABERGÈRE André alias Fred dans la résistance par Eric Panthou, Henri-Ferréol Billy, version mise en ligne le 8 janvier 2021, dernière modification le 24 janvier 2021.

Par Eric Panthou, Henri-Ferréol Billy

SOURCES : SHD Vincennes, 19 P 63/5 : état nominatif des cadres ayant appartenu au Camp Gabriel Péri ou 1103e Compagnie FTPF, signé Commandant Delmas, dit Lucien, 21 novembre 1947. — SHD Vincennes, 19 P 3-5, dossier d’homologation du "maquis de St-pourçain". — SHD Vincennes GR 16 P 5578, dossier résistant d’André Alabergère (nc). — Robert Fallut, 1939-1945. La Résistance, du tract à la lutte armée en Allier, Lapalisse, 2008. — État-civil Montluçon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément