GIRARD Joseph [Dictionnaire des anarchistes]

Par Dominique Petit

Né le 5 octobre 1874 à Guermantes (Seine-et-Marne) ; maçon, valet de chambre ; anarchiste illégaliste parisien.

En 1893, il habitait à Guermantes, il était maçon.
Le 19 décembre 1894, il s’engageait pour 3 ans au 8e régiment d’infanterie de marine. Il passait le 15 décembre 1895 au 10e d’infanterie de marine et le 22 avril 1897 au 5e d’infanterie de marine. Il fit la campagne du Tonkin (en guerre) du 15 octobre 1895 au 8 juin 1897. Il était libéré 21 juillet 1897.
Le 18 mai 1898, il habitait Le Cellier ( Loire-Atlantique). Le 3 juillet 1899, il était 4 rue Blanche à Paris. Le 22 janvier 1900, il habitait Guermantes.
Le 12 juillet 1900, il se mariait à Guermantes avec Joséphine Mehl, couturière. Il habitait 53 rue Pierre Charron. Il exerçait le métier de valet de chambre.
Le 18 avril 1901, il habitait 5 rue Puvis de Chavannes à Paris ; le 24 décembre 1904, 39 boulevard Haussman ; le 5 août 1905, 16 rue des Petits champs ; le 4 février 1908, 57 rue Lafayette
Le 21 août 1911, il était condamné, par défaut, à cinq ans de prison et de dix ans d’interdiction de séjour, pour vol d’une automobile au préjudice du duc de FitzJames. Girard était en outre l’objet d’un mandat d’amener décerné par M. Bouissou, juge d’instruction, pour vols qualifiés.
Le 15 janvier 1912, il était arrêté boulevard de Sébastopol, soupçonné d’avoir participé à l’attaque de la rue Ordener (voir Octave Garnier). Il avait été écroué au Dépôt mais il n’avait rien à voir avec cette affaire. Toutefois la presse le présenta comme un anarchiste.
Sa maîtresse Henriette Hellé, 25 ans, était arrêtée, le 18 janvier, à son domicile, 7, cité Vaux-Hall. Elle était recherchée pour un vol de huit mille francs de plumes d’autruches, commit dans la nuit du 20 au 21 décembre 1911, avec Joseph Girard, chez un négociant de la rue d’Eupatoria.
Lorsque des inspecteurs de la Sûreté vinrent pour l’arrêter, Henriette Hellé s’apprêtait à sortir et se coiffait d’un chapeau dont la forme lui avait coûté vingt-neuf sous et qui était orné de quatre ou cinq cents francs de plumes.
Le 10 mai 1912, Joseph Girard était condamné par la cour d’appel de Paris à 5 ans de prison et 5 ans d’interdiction de séjour pour vol.
Le 7 septembre 1912, la cour d’appel de Paris le condamna à la même peine, pour complicité de vol par recel. Cette peine se confondant avec celle du 10 mai 1912.
Il était détenu à la prison de Loos (Nord) lors de la mobilisation. Évade civil d’Allemagne, il se présentait le 9 décembre 1917 au bureau de recrutement de Boulogne sur Mer. Il était réintégré au 5e groupe spécial le 22 décembre 1917. Passé au 4e groupe spécial le 11 janvier 1918 (décision du général commandant la division d’occupation de Tunisie du 15 février 1917). Arrivé au 4e groupe spécial le 30 janvier 1918 à Déhibat (Sud de la Tunisie, administré par le 117e régiment d’infanterie).
Il passait au 36e régiment territorial d’infanterie le 16 mars 1918, puis au 145e régiment territorial d’infanterie le 30 octobre 1918 et au 9e régiment territorial d’infanterie le 15 novembre 1918.
Il était démobilisé le 3 janvier 1919, il habitait 11 rue Polikas à Paris.
Le 11 septembre 1919, il était condamné par la 10e chambre correctionnelle du de la Seine à 8 mois de prison pour « vagabondage spécial » (jeux).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236362, notice GIRARD Joseph [Dictionnaire des anarchistes] par Dominique Petit, version mise en ligne le 8 janvier 2021, dernière modification le 11 janvier 2021.

Par Dominique Petit

SOURCES :
Le Petit parisien 17 janvier 1912 — L’Eclair 19 janvier 1912 — La Patrie 17 janvier 1912 — L’Humanité 19 janvier 1909 — L’Excelsior 19 janvier 1912 — Le Matin 19 janvier 1912 — Archives départementales de Seine-et-Marne. Etat civil. Registre matricule 12, classe 1893 ou 1894. Coulommiers.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément