BÉVILLE Albert [Thomas, Gaston, Albert]. Nom de plume Paul NIGER

Par Claude Pennetier

Né en décembre 1915 à Basse-Terre (Guadeloupe), mort le 22 juin 1962 à Pointe-à-Pitre dans un accident d’avion ; administrateur colonial ; autonomiste ; poéte et écrivain.

Fils d’un des premiers avocats de couleur de la Guadeloupe, orphelin à quatre ans, Albert Béville fit des études au lycée Montaigne de Bordeaux et au lycée Louis-le-Grand de Paris et enfin à l’École nationale de la France d’Outre-mer (ENFOM).
Mobilisé dans l’infanterie en 1939, il devint administrateur des colonies en 1942 et fut envoyé en Afrique : Dahomet, Mali, Côte-d’Ivoire, Soudan, Sénégal. Délégué du ministère de la France d’Outre-mer, au comité de coordination des DOM (août 1947-mars 1948, août 1948-novembre 1951), il fut chef adjoint du bureau des affaires politiques.
Son expérience administrative comme sa connaissance des Antilles l’amena à penser que l’autonomie était commandée par la marche irréversible de l’histoire. Il considéra l’assimilation comme la forme suprême du colonialisme. Rétrogradé, il se préparait à s’installer comme avocat en Guadeloupe avant sa mort. Il rêvait d’"unicité" des luttes entre la Guyane, la Martinique et le Guadeloupe. Écrivain, il fréquentait Édouard Glissant et il lui arrivait d’écrire dans le journal communiste de la Guadeloupe, Le Progrès social.
Il mourut dans un accident qui fit, le 22 juin 1962, 172 morts, dont trois autonomistes : le député Justin Catayée, le syndicaliste étudiant Roger Tropos et lui-même. Le bruit courut que l’accident pouvait avoir un lien avec les options politiques de ces trois autonomistes et la mise au secret du rapport d’enquête alimenta cette thèse, mais il n’en était rien.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236427, notice BÉVILLE Albert [Thomas, Gaston, Albert]. Nom de plume Paul NIGER par Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 janvier 2021, dernière modification le 10 janvier 2021.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Ronald Seldonne, Albert Béville alias Paul Niger, une négritude géométrique (Guadeloupe, France, Afrique), Matoury Guyanne, Ibis rouge éditions, 2013. — « Discours prononcé par Édouard Glissant au nom de l’Association générale des étudiants martiniquais à la soirée commémorative d’Albert Béville, Justin Catayée et Roger Tropos à Paris, Palais de la Mutualité, le 6 juillet 1962 », in Édouard Glissant, Une pensée archipélique. Site officiel d’Édouard Glissant, 2012, Loïc Céry, http://www.edouardglissant.fr/discoursmutualité.html, consulté le 25 juillet 2016. — Jean-Pierre Sainton, La décolonisation improbable. Cultures politiques et conjonctures en Guadeloupe et en Martinique (1943-1967), Éditions Jasor, 2012, p. 32. — Philippe Artières, "Alfred Bréville, Paul Niger, leader trop tôt disparu des luttes anticoloniales", in Philippe Artières, Michelle Zancarini, 68 une histoire collective, La Découverte, 2008. — Rapport d’information et de recherche historique sur les évènements de 1959 en Martinique, de juin 1962 en Guadeloupe et en Guyane et de mai 1967 en Guadeloupe. ]file :///C :/Users/UTILIS 1/AppData/Localfile:///C:/Users/UTILIS~1/AppData/Local

Version imprimable Signaler un complément