MENIN Jean.

Par Francis Drugman

Quaregnon (pr. Hainaut, arr. Mons), 19 mai 1921 – Baudour (commune de Saint-Ghislain, pr. Hainaut, arr. Mons), 12 mars 1969. Fonctionnaire communal puis journaliste au Peuple, militant socialiste, conseiller communal, échevin de Quaregnon.

Né à Quaregnon dans le quartier de Monsville, artère bouillante et révolutionnaire, Jean Menin est le fils aîné d’un couple profondément socialiste, François Marie Menin, ouvrier mineur, né à Quaregnon le 15 octobre 1895, et de Marie Domithilde Plumat, née à Quaregnon le 29 mai 1898. Jean Menin fréquente très tôt la Maison du peuple de sa commune. Il suit des cours à l’école de musique de Quaregnon (première année 1928-1929) et, dès l’âge de huit ans, il intègre la Fanfare socialiste de la commune.

Après des études à l’école moyenne de l’État de Pâturages (aujourd’hui commune de Colfontaine, pr. Hainaut, arr. Mons), Jean Menin entre le 1er janvier 1937 à l’administration communale de Quaregnon en qualité d’employé de l’état civil (commis à l’époque). Grâce à son chef de service, étiqueté socialiste, Florent Beghin, il est reconnu comme étant un agent compétent. Il suit des cours de droit administratif. Il termine cette formation en bon premier.
Entretemps, Jean Menin épouse le 23 janvier 1943 à Jemappes (aujourd’hui commune de Mons) Rachel Hélène Meunier, née à Jemappes le 19 août 1920.

À la Libération, Jean Menin effectue son service militaire. Puis il quitte son emploi à la commune pour devenir journaliste à l’organe de presse socialiste, Le Peuple. Dans le même temps, il milite au Parti socialiste belge (PSB) de Quaregnon. Le 24 novembre 1946, il est élu conseiller communal, mandat qui devient effectif le 18 janvier 1947. Le 29 février 1952, il est nommé échevin en remplacement de Victor Schorils, décédé. Réélu lors du scrutin du 12 octobre 1952, il demeure échevin. Le 2 mai 1958, à la mort de Jules Carlier, il devient premier échevin et échevin de l’Instruction publique. À nouveau réélu en 1958 et 1954, il restera échevin jusqu’à sa mort en 1969.
C’est dans ses fonctions scabinales que Jean Menin va donner la pleine mesure de ses qualités. Il est attentif aux problèmes posés par l’enseignement officiel à Quaregnon où il y a plus de septante enseignants répartis dans douze écoles. Il contribue à sa réorganisation.
Il reste impliqué dans la vie culturelle (socialiste) de sa commune : il est vice-président puis président – après le décès de Georges Plumat, bourgmestre –, du cercle choral socialiste, La Jeune Lyre, fondé en 1895.

Vice-président du PSB de Quaregnon, Jean Menin devient membre du comité puis du comité exécutif de la Fédération boraine du PSB (Borinage, pr. Hainaut), où il se fait remarquer par ses fortes convictions. Il décide de faire acte de candidature en vue des élections législatives du 26 mars 1961. Lors du poll du 26 février 1961 organisé sous la présidence de Marcel Busiau à la Maison du peuple d’Hornu (aujourd’hui commune de Boussu, pr. Hainaut, arr. Mons), il obtient 2 756 voix et obtient la cinquième place sur la liste socialiste des candidats effectifs pour la Chambre et la première suppléance. Il devient député suppléant représentant l’arrondissement de Mons. Aux élections législatives du 23 mai 1965, Menin est à la quatrième place effective – il obtient 650 votes nominatifs –, et à la première suppléance (190 votes nominatifs) sur la liste pour la Chambre. Il demeure député suppléant. Lors des élections suivantes, Jean Menin, malade, ne se représente pas.

Lors des élections communales de 1964, chef de file de la liste socialiste, Jean Menin est appelé à devenir bourgmestre mais la maladie l’empêche déjà d’assumer ses fonctions. Le 12 mars 1969, Jean Menin meurt à l’âge de quarante-sept ans à la clinique Louis Caty (aujourd’hui Centre hospitalier EpiCURA) à Baudour de ce mal qui le minant depuis plusieurs années. Ses funérailles ont lieu à Jemappes le dimanche 1969 dans la plus stricte intimité. Le conseil communal, le personnel communal et enseignant de Quaregnon se sont retrouvés après la cérémonie sur sa tombe au cimetière de Jemappes afin de lui rendre un dernier hommage. De nombreux messages de sympathie, dont les télégrammes de Léo Collard, ministre d’État et président du PSB, et Gaston Eyskens, Premier ministre et ministre d’État, sont parvenus à sa famille.

Jean Menin est fait chevalier de l’Ordre de Léopold II par arrêté royal du 27 novembre 1968, pour services rendus en sa qualité d’échevin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236458, notice MENIN Jean. par Francis Drugman, version mise en ligne le 11 janvier 2021, dernière modification le 11 janvier 2021.

Par Francis Drugman

SOURCES : Archives communales de Quaregnon, registres de l’état civil – Archives communales de Jemappes, registres de l’état civil – Archives familiales et papiers personnels de Francis Drugman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément