INCONNU Paulhac, initiales E.B.

Par Eric Panthou

Inconnu exécuté sommairement le 8 juillet 1944 à Paulhac (Cantal) ; ancien des Chantiers de Jeunesse ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Le 20 juillet 1944 le corps d’un jeune vêtu d’un uniforme des chantiers de jeunesse fut retrouvé en voie de décomposition et affreusement mutilé, dans un fourré du hameau de Bélinay, commune de Paulhac (Cantal). Il avait notamment la main gauche tranchée et reçu un coup de baïonnette mais n’avait pas de blessures par balles. Son visage avait été défiguré à coups de crosses de fusil. Il avait une chevalière au nom de "B.E." et une pochette brodée en rouge avec dans un coin marqué Louise mais il resta non identifié. Selon le témoignage d’une voisine, il avait sans doute été arrêté le 8 juillet 1944 car elle vit ce jour là un jeune homme emmené par les Allemands dans la direction où on retrouva son corps.
Son corps fut retrouvé 10 jours après par Paul Alfred Touly, alias Potard, FFI d’origine mosellane qui enterra la dépouille au cimetière de Paulhac (Cantal). Ce FFI a été tué lors de l’attaque par les troupes des brigades Jesser et Coqui du maquis de Brezons le 8 juillet 1944.
Son corps fut ensuite inhumé au cimetière de Chaudes-Aigues (Cantal) où furent rassemblés tous les corps des inconnus.
Un mort inconnu est signalé sur le monument de Paulhac

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236550, notice INCONNU Paulhac, initiales E.B. par Eric Panthou, version mise en ligne le 14 janvier 2021, dernière modification le 15 janvier 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 60 : crimes de guerre à Paulhac. —AVCC Caen, AC 21 P 103888 dossier Nicolas Raymond Édouard, lettre de P Touly au Ministère des anciens combattants, le 3 octobre 1947. — Page web sur la bataille de Brezons

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément