RIU Georges, Marius alias Jean-Marie dans la résistance

Par Eric Panthou

Né le 6 novembre 1925 à Béziers (Hérault), mort au combat le 11 juin 1944 à Pinols (Haute-Loire) ; tôlier ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et du corps Franc des Truands.

Fils de Jean et de Marie-Rose, née Conquet, Georges Riu était tôlier et habitait 16 rue Aubert à Béziers (Hérault).
Sans doute réfractaire au STO, ll rejoignit la Résistance en Auvergne à une date qu’on ignore. Le 10 juin, plus de 500 soldats allemands, épaulés par quelques SS, essayèrent d’attaquer le maquis du Mont-Mouchet en partant de Pinols (Haute-Loire). Ils furent stoppés par les hommes du corps franc de Truands qui payèrent leur résistance par de nombreux morts. Le lendemain, d’autres combats eurent lieu au Crépoux et la Font-du-Fau, toujours sur la commune de Pinols. C’est lors des combats du Crépoux que Georges Riu, alias Jean-Marie fut tué.

Il a été reconnu Mort pour la France.

Son nom figure sur le monument aux Morts à Béziers ainsi que sur le monument commémoratif du Corps Franc des Truands et de victimes civiles à Pinols.
Fernand Boyer l’a orthographié Rui.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236600, notice RIU Georges, Marius alias Jean-Marie dans la résistance par Eric Panthou, version mise en ligne le 16 janvier 2021, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 512784, dossier de résistant de Georges Riu (nc). — AVCC Caen, AC 21 P 143708, dossier Georges Riu (nc). — Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983 .— Manuel Rispal, Tout un monde au Mont-Mouchet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément