ÉTIEMBLE René, Ernest, Joseph, Eugène

Par Claude Pennetier

Né le 26 janvier 1909 à Mayenne (Mayenne), mort le 7 janvier 2002 à Dreux (Eure-et-Loir) ; écrivain ; universitaire ; secrétaire de l’association des Amis du peuple chinois.

Issu d’une famille d’origine paysanne, René Étiemble perdit jeune son père, employé puis voyageur de commerce, mort de tuberculose. Il fut élevé par sa mère ouvrière modiste. Il fit ses études au lycée de Laval et au lycée Louis-le-Grand de Paris avant d’entrer à l’École normale supérieure. Passionné par la Chine, il suivit les cours de l’École nationale des langues orientales vivantes. Fin 1934, il se vit confier le secrétariat de l’association des Amis du peuple chinois, organisation large créée par le Parti communiste et dirigée par Étienne Constant*. Sur recommandation d’André Malraux*, il fut, en 1935-1936, secrétaire général de l’Association des écrivains pour la défense de la culture. Il s’était rendu au congrès des écrivains, à Moscou, en 1934. Il voyagea avec quarante-deux intellectuels et enseignants dont Gilles Martinet*. L’un et l’autre déclaraient qu’à l’issu de leur voyage ils décideraient si oui ou non ils adhéreraient au PCF. Au terme du séjour, la réponse fut non.

Les procès de Moscou et les difficultés du Front populaire contribuèrent à son éloignement rapide du communisme. Agrégé, Étiemble partit enseigner à Chicago (1939-1943), à Alexandrie (1944-1948) avant de revenir en France où ses activités de critique et d’écrivain furent intenses.

René Étiemble s’était marié le 23 février 1963 à Sèvres.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23671, notice ÉTIEMBLE René, Ernest, Joseph, Eugène par Claude Pennetier, version mise en ligne le 18 novembre 2008, dernière modification le 13 décembre 2012.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Who’s who, 1979-1980. — Charles Haroche, « Étiemble : un clerc qui n’a pas trahi », Cahiers du communisme, juillet-août 1982, n° 7-8. — Le mythe d’Étiemble. Hommages. Études et recherches, Éd. Didier Érudition, 365 p. — Adrian Marino. Étiemble ou le comparatisme militant, Éd. Gallimard, Collection Les Essais, 1982. — L’œuvre d’Étiemble comporte de nombreux renseignements autobiographiques. — Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Odile Jacob, 2002. — État civil de Mayenne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément