ETIENNE François, Ernest, François

Par Jean-Pierre Besse

Né le 2 avril 1923 à Hombleux (Somme), mort le 23 janvier 1998 à Montdidier (Somme) ; géomètre ; militant socialiste SFIO, PSA puis PSU de la Somme, secrétaire fédéral du PSA (1959-1960) ; maire de Montdidier (1971-1983).

Fils d’un épicier et d’une ménagère, géomètre employé au cadastre, domicilié à Hombleux (Somme) puis à Montdidier (Somme) François Étienne se maria en avril 1945 à Hombleux. En mars 1949, il remplaça Andréa Cuvilly au secrétariat de la section socialiste de Hombleux. Il accéda, à l’issue du 2e congrès fédéral des Jeunesses socialistes le 16 avril 1950, au comité fédéral. Gabriel Grenot* était secrétaire et Josette Wasselin trésorière. En mars 1952, il accéda au bureau et fut chargé de la propagande. François Étienne occupa à partir de cette date le poste de secrétaire de la section SFIO de Montdidier (Somme). Élu au comité exécutif fédéral de la SFIO en mars 1953, il fut réélu dans cette instance en mars 1954.

François Étienne quitta la SFIO en 1958 et fut élu secrétaire provisoire du Parti socialiste autonome en octobre 1959 après avoir demandé à Roger Fouquet*, le 16 mai 1959, de démentir son appartenance au PSA dans Le cri du peuple. . Dans une lettre du 1er novembre 1959 à Ernest Cazelles, secrétaire général adjoint de la SFIO Roger Fouquet se montra très critique à l’égard de François Etienne : il stigmatisait son inaction à la SFIO et reprochait ses absences aux congrès fédéraux. François Etienne demeura secrétaire du PSA jusqu’à ce que cette organisation fusionne le 15 mai 1960 avec l’Union de la gauche socialiste (UGS) pour former le Parti socialiste unifié (PSU). Le nouveau parti fut dirigé par un bureau provisoire jusqu’au congrès administratif d’Amiens en février 1961. Ce congrès qui devait normalement se tenir en décembre 1960 avait dû être repoussé. François Étienne fut alors élu secrétaire adjoint. Pierre Sogno*, professeur d’anglais en était le secrétaire et Francine Page*, professeur au lycée technique d’Amiens la trésorière. Le PSU aurait compté 150 adhérents dans la Somme en 1960-1961. En 1964, il était membre du bureau politique fédéral du parti et gérant d’Unité socialiste picarde, journal bimestriel que la fédération avait lancé mais dont a rapidement cessé la parution du fait des frais d’impression et du nombre important des invendus.

François Étienne François fut candidat du PSU aux élections cantonales de 1961 et 1967 dans le canton de Montdidier (recueillant respectivement 800 voix sur 3936 exprimés, et 656 voix 4322 exprimés) et aux élections législatives de mars 1967 dans la deuxième circonscription de la Somme. Il recueillit alors 1 672 voix sur 44 505 suffrages exprimés au premier tour loin derrière le communiste Georges Pellerin* et le candidat de la FGDS le docteur Millet.

Conseiller municipal de Montdidier de 1965 à 1971, à la tête d’une liste d’Union de la gauche François Étienne fut élu maire de Montdidier en mars 1971. Réélu avec ses 23 colistiers en mars 1977, il dut affronter en mars 1983 une liste conduite par Guy Floury, militant socialiste exclu juste avant le premier tour des élections municipales. La liste emmenée par François Étienne, toujours membre du PSU, obtint 1 150 voix et cinq élus parmi lesquels la tête de liste contre 2 261 voix et 24 élus à celle de son concurrent.

François Étienne eut des obsèques religieuses.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23677, notice ETIENNE François, Ernest, François par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 18 novembre 2008, dernière modification le 29 août 2012.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. Dép. Somme, 21 W 325. — Arch. OURS. —Le cri du peuple, 1945-1970. — Le courrier picard, 1945-1990. — État civil de Montdidier. — Notes de Julien Cahon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément