ECOT François, Michel

Par Claude Pennetier

Né le 12 février 1904 à Nibelle (Loiret), mort le 19 janvier 1976 à La Croix-Valmer (Var) ; ajusteur ; conseiller municipal communiste de Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis).

Né à Nibelle (Loiret) au lieudit Le Chêne à deux jambes, François Écot était fils d’un bûcheron et d’une ménagère. Devenu ajusteur dans la région parisienne, marié le 27 novembre 1926 à Paris (Ve arr.) avec Yvonne Gurral, il fut élu conseiller municipal communiste de Romainville (Seine) le 12 mai 1935, sur la liste dirigée par Pierre Kérautret*. Il travaillait alors chez John, à Creil et avait trois enfants nés en 1927, 1929 et 1934.

Il se confond sans doute avec Michel Écot, militant communiste de Romainville, signalé parmi les meilleurs diffuseurs de la Voix de l’Est dans son numéro du 9 octobre 1937.

Le conseil de préfecture le déchut de son mandat pour appartenance au Parti communiste, le 15 février 1940. Absent du domicile, c’est sa femme qui signa le reçu de décision. Un rapport de police pendant l’Occupâtion (mais sans date), le présenta ainsi : « dernier domicile connu 13 rue du Trou-Vossou à Romainville. Militant communiste notoire. Ex-conseiller municipal de Romainville. Prend une part active à l’action clandestine. Responsable d’une Inter-Région ». Il était dit Gérard et Beslay.

Le Comité local de Libération proposa son nom pour le conseil municipal provisoire mais pourtant il ne figure pas sur la liste retenue.

François Écot était toujours électeur à Romainville en 1946.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23682, notice ECOT François, Michel par Claude Pennetier, version mise en ligne le 19 novembre 2008, dernière modification le 29 mars 2020.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Seine, DM3 ; Versement 10451/76/1. — La Voix de l’Est, 9 octobre 1937. — État civil de Nibelle.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément