Saint-Symphorien – Tours (Indre-et-Loire) 9 août 1944.

Par Michel Thébault

Le 9 août 1944 alors que les troupes allemandes se préparaient à évacuer Tours, la SIPO-SD fit sortir 25 ou 26 prisonniers résistants de la prison de la ville. Ils furent exécutés sommairement au camp d’aviation de Saint-Symphorien.

L’été 1944 fut marqué par une montée en puissance de la Résistance mais en même temps par une accélération de la répression. De nombreux groupes de résistants furent arrêtés fin juin mais surtout en juillet dans tout le département d’Indre-et-Loire. Ces prisonniers furent incarcérés à la prison de Tours, rue Henri-Martin, sous le contrôle de la SIPO-SD, soumis à des interrogatoires et souvent à la torture.

Au début d’août 1944, à la suite de percée d’Avranches, la situation de l’armée allemande à l’ouest se dégrada rapidement, la IIIème armée américaine du général Patton perça vers le sud atteignant Rennes le 3 août et entrant en Indre-et-Loire le 12 août. Le 9 août 1944 à l’approche des troupes américaines et à la veille du départ des troupes allemandes d’occupation, 26 prisonniers appartenant à plusieurs groupes de résistants (10 membres du réseau Marco Polo, des résistants FTPF...) furent extraits de la prison par la SIPO-SD accompagnée de gestapistes français et de miliciens. Conduits au camp d’aviation de Saint-Symphorien, ils y furent exécutés sommairement. Après leur exécution par balles, les 26 corps furent sommairement enfouis dans des trous de bombes.

Fin août, du 26 au 29, leurs corps furent découverts sans papiers d’identité puis inhumés au cimetière de Saint-Symphorien après des obsèques officielles. Un monument commémoratif fut élevé après la guerre dans la partie nord du cimetière de Saint-Symphorien avec l’inscription : « A la mémoire des 26 victimes de la barbarie allemande fusillés au camp d’aviation de Saint-Symphorien - le 9 août 1944 ». Cependant l’une des 26 victimes inscrites sur le monument, Maurice Lebrun, dit exécuté sommairement, fut en fait déporté et mourut fin août 1944 au camp de concentration de Dora.

Les autres prisonniers de la prison de Tours et en particulier plusieurs femmes et mères de fusillés furent déportés le lendemain 10 août par le dernier convoi parti de La Ville-aux-Dames à proximité de Tours (165 personnes). Ce convoi incorpora également les détenus de la prison Jacques Cartier et du camp Sainte-Marguerite de Rennes, arrêtés dans les Côtes-du-Nord, le Finistère, le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine embarqués les 2 et 3 août 1944 à Rennes dans deux convois. Après un passage par Nantes et un parcours très lent le long de la Loire, les deux convois furent regroupés le 5 août au Lion-d’Angers (Maine-et-Loire) et parvinrent à reprendre leur route malgré les efforts des cheminots résistants pour les retarder. Le convoi dut s’arrêter à nouveau en gare de Langeais (Indre-et-Loire) le 6 août, la voie ayant été détruite par le mitraillage d’un train de munitions allemand. En fin d’après-midi, le convoi fut mitraillé par des avions alliés, faisant des victimes parmi les soldats allemands mais aussi parmi les prisonniers et les civils présents. Profitant de la confusion et aidés par la population du secteur, de nombreux prisonniers du convoi (plus d’une cinquantaine) s’évadèrent. Les prisonniers restant furent conduits à Tours et embarqués dans le convoi du 10 août, qui se dirigea vers Vierzon. Il parvint le 15 août à Belfort d’où partit le 29 août avec les déportés et déportées d’Indre-et-Loire, l’un des derniers convois de France occupée, vers Neuengamme et Ravensbrück pour les femmes.

Liste des victimes.

AUBRUN Georges

BIZIEN Noël

BODINEAU Roger

CLEMENT MAC VICAR James

COSTA Jules

DELALANDE Max

DESPORT Pierre

DUPUY Emile

FALIERES Félix

FAUCHERE Roger

FIOT Marcel

FONTENEAU Auguste

GERMAIN Léon

GERNET Raoul

GUERRIER Didier

LEBRUN Maurice non fusillé, mort en déportation,

LOEB Louis

MICHEL Edmond

MOURRUEAU Pierre

PIGE Jean

RENEAU René

SARD Georges

SARD Henri

SIMONDON Auguste

VARVOUX André

VERNATON François

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article236974, notice Saint-Symphorien – Tours (Indre-et-Loire) 9 août 1944. par Michel Thébault, version mise en ligne le 25 janvier 2021, dernière modification le 25 janvier 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : DVD AERI Indre-et-Loire — Mémorial genweb — Fondation pour la mémoire de la déportation (site internet bddm.org).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément