FUJIMOTO Jintarō

Né le 16 janvier 1912 dans le département de Hyogo ; mort le 8 décembre 1934. Ouvrier ; militant communiste.

FUJIMOTO Jintarō naquit au village de Hitaka, dans le district de Shirozaki, département de Hyōgo. Il était le fils puîné d’un agriculteur. Après avoir obtenu, en mars 1926, son certificat d’études primaires, il entra comme ouvrier aux soieries Gunze, dans l’usine d’Ebara et lutta en faveur des revendications des ouvrières ; il quitta ce travail en mars 1930. En décembre de la même année, FUJlMOTO Jintarō travailla à la caoutchouterie Shibata et organisa dans son usine un cercle culturel. A l’automne 1931, il adhéra au Parti communiste japonais (Nihon Kyōsan tō), et constitua à l’usine Shibata une cellule qui publia dans l’usine le journal Rōru (La Presse à imprimer). La répression anticommuniste du 26 août, qui vit l’arrestation de mille personnes, dont cent quatre­vingt-cinq passèrent en jugement, avait porté un rude coup à l’organisation du Parti communiste. FUJIMOTO Jintarō fut choisi comme membre du comité de la ville de Kōbe pour la reconstruction du Parti, dont il devint président au mois de mai 1932, à l’âge de vingt ans. En septembre de la même année, tous les dirigeants de la section du Parti communiste pour la région du Kansai, section qui venait d’être reconstituée, furent arrêtés. FUJIMOTO réorganisa, en janvier 1933, le comité de la région du Kansai et cumula les fonctions de président du comité et de responsable de la section d’organisation. Il fut arrêté, dans la nuit du 12 mars 1933, dans la rue d’Ishigatsuji à Tennoji, trois jours avant la cérémonie syndicale à la mémoire de KOBAYASHI Takiji. Soumis à un interrogatoire éprouvant, FUJIMOTO Jintarō ne céda pas. Souffrant d’une grave péritonite tuberculeuse, il bénéficia d’une mise en liberté provisoire, mais la maladie l’emporta.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237064, notice FUJIMOTO Jintarō, version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 3 mars 2021.

SOURCES : YAMAGISHI Isshō, Fukutsu no seishun (Jeunesse indomptable), 1969.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable