HAMADA Kunitarō

Né le 25 octobre 1873 dans le département d’Ehime ; mort le 15 mars 1958. Pionnier du mouvement des marins.

A l’âge de douze ans, HAMADA Kunitarō, qui était né dans le village d’Ikina, district d’Ochi, département d’Ehime, embarqua comme mousse sur le navire à voile Tametomo maru ; c’était le début d’une longue carrière de marin. Après avoir changé fréquemment d’embarquement, il devint, en 1893, employé de la Compagnie Nihon yūsen et fut bientôt nommé chef des allumeurs de chaudières ; il navigua à ce titre sur de nombreux navires.
En 1906, il organisa les mécaniciens navigants de sa compagnie dans le Club de la section des machines (Kikanbu kurabu) qui s’appela par la suite la Société des camarades de la section des machines (Kikanbu dōshikai). Poursuivant son action d’organisation au sein des autres compagnies, il élargit peu à peu cette formation qui prit alors le nom de Société des camarades marins du Japon (Nihon sen’in dōshi kai). Six ans plus tard, HAMADA Kunitarō fut à l’origine d’une grève dirigée contre la compagnie Nihon yūsen et l’Association des propriétaires de navires (Senshu dōmeikai) pour obtenir une augmentation de salaire et la mena avec résolution jusqu’à la victoire. C’était la première grève de marins et elle consacra le rôle prépondérant joué par HAMADA Kunitarō au sein de ce mouvement. Si la grève fut victorieuse, la Société des camarades en sortit cependant démantelée et, sur les conseils de SUZUKI Bunji, HAMADA Kunitarō rejoignit la Société fraternelle (Yuaikai) en 1914 ; il forma l’année suivante, à Yokohama, la Section des gens de mer au sein de cette Société (Yuaikai kaiin shibu) dont il devint le président. Ayant pris part à la IIe Assemblée générale internationale du travail qui se réunit à Gênes en 1920, en tant que conseiller de la délégation des marins (c’était la première fois que l’on y abordait les problèmes des navigants), HAMADA Kunitarō se consacra, dès son retour au Japon, à la mise sur pied d’une coalition des groupements de marins ; elle aboutit, en mai 1921, à la constitution du Syndicat japonais des gens de mer (Nihon kaiin kumiai) dont il fut le vice-président. Lorsqu’en octobre 1927, le président NARAZAKI Itarō dut démissionner pour cause de maladie, HAMADA Kunitarō accéda à ce poste et devint ainsi le second président du Syndicat des gens de mer (Kaiin kumiai). Sa tendance à la prise de positions arbitraires concernant les multiples problèmes qui lui étaient soumis se renforça, suscitant de nombreux remous au sein de l’organisation. En mars 1935, il présenta sa démission et fut élu conseiller permanent du Syndicat. Mais il s’intéressait de plus en plus vivement à la religion et, ayant démissionné de ce poste en mars de l’année suivante, il se fit moine en 1937.
Après la Seconde Guerre mondiale, HAMADA Kunitarō se consacra avec un grand dévouement à la rééducation des adolescents et des mineurs et s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-cinq ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237092, notice HAMADA Kunitarō, version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 10 mars 2021.

SOURCES : MURAKAMI Gyōji, Kaijō rōdō yawa (Histoires pour la veillée sur le mouvement ouvrier des gens de mer), 1966. — NISHIMAKI Toshio, Nihon kaijō rōdō undō shi (Histoire du mouvement ouvrier des gens de mer), 1969.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable