HATA Shikari

Né Je 20 janvier 1905 dans Je département de Saga. Militant syndical ouvrier ; membre du Comité central du Parti communiste de 1958’ à 1961.

Né à Ōshūjima dans le district de Higashi-matsuura, département de Saga, HATA Shikari sortit en 1929 de la Faculté de sciences économiques de l’Université impériale de Kyōto et adhéra, en 1930, au Parti ouvriers-paysans (Shin rōnō tō ou Rōnō tō), en 1931, à la Ligue des jeunesses communistes (Kyōsanshugi seinen) et, l’année suivante, au Parti communiste japonais (Nihon kyōsan tō). II milita dans la région de Tōkyō et dans le département de Kanagawa en tant que membre de l’Association autonome des travailleurs libres (Jiyū rōdō jichikai), de la Fédération du renouveau de l’Association nationale des syndicats japonais (Zenkyō sasshin dōmei) et du syndicat de la métallurgie affilié à cette Association. Peu avant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, RATA Shikari retourna dans son village natal où il travailla dans l’agri­culture.
Dès la fin de la guerre, il s’occupa de la réorganisation du Parti communiste dans le département de Saga ainsi que dans la région de Kyūshū. Il fut élu président de la section départementale de Saga et aussi premier président de la section régionale de Kyūshū. De 1958 à 1961, il fut membre du Comité central du Parti communiste japonais, et directeur de sa section régionale de Kyūshū. En 1960, il a participé à la direction de la grande grève des houillères Mitsui de Miike dans le département de Fukuoka. Il quitta le Parti communiste en 1963.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237102, notice HATA Shikari, version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 17 mars 2021.

ŒUVRE : Sekai keizai to shokuminchi mondai (l’Economie mondiale et le problème des colonies), 1939. - Nihon no keizai (l’Economie japonaise), 1940.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable