IMAI Kakō

Né en mai 1878 dans le département d’Ehime ; mort le 30 juin 1951. Avocat ; militant du mouvement pour le suffrage universel.

Né à Komatsu dans le district de Shūsō, département d’Ehime, IMAI Kakō fut diplômé, en 1904, de la section de droit allemand de l’Université impériale de Tōkyō. Alors qu’il était juge au tribunal de première instance de la région de Tōkyō, IMAI fut invité en Chine par le gouvernement des Qing, et il se rendit à Tianjin en 1908 pour y devenir professeur de législation à l’École de droit et de politique de Beiyang. Rentré au Japon, il ouvrit un cabinet d’avocat. Ce fut ensuite le gouvernement militaire de Yunnan qui proposa à IMAI Kakō un poste de conseiller juridique ; c’est ainsi qu’il se rendit à nouveau en Chine en 1915, à l’époque de la IIIe Révolution chinoise.
Aux élections générales de 1917, il se présenta et fut élu dans une circonscription d’Ōsaka en faisant campagne pour le suffrage universel. Dès lors, il prit une part si active au mouvement en faveur du suffrage universel qu’on le surnomma le « Docteur ès suffrage universel ».
IMAI Kakō milita aussi dans la Société fraternelle (Yūaikai) en exerçant les fonctions de jurisconsulte en 1918, puis de conseiller l’année suivante. Il entra également à la Société de l’aurore (Reimei kai) sur l’invitation de son ami de longue date YOSHINO Sakuzō, dont il avait fait la connaissance à Tianjin.
Sans se décourager de l’échec subi aux élections générales de 1920, il organisa, en 1922, la Grande Union de l’ouest du Japon pour le suffrage universel (Nishi nihon fusen dai rengō) et dirigea ce mouvement dans la région du Kansai. Après l’adoption de la Loi sur le suffrage universel en 1925, IMAI Kakō joua un rôle important au sein du Parti du peuple du Kansai (Kansai minshū tō), parti prolétarien local, et il devint plus tard conseiller du Parti socialiste populaire (Shakai taishū tō).
Pendant la guerre, lors des élections organisées par la Société pour le soutien du régime impérial (Taisei yokusan kai), seule organisation politique légale, IMAI Kakō fut élu membre de la Diète.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237144, notice IMAI Kakō, version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 26 mars 2021.

ŒUVRE : Fusen wo chūshin toshite (Autour du suffrage universel), 1921.

SOURCES : MATSUO Takamitsu, Taishō demokurashi no kenkyū (Etudes sur la démocratie de l’époque Taishō), 1966.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable