INCONNU Bains, origine Tatar

Par Eric Panthou

Soldat Tatar, mort au combat le 11 août 1944 à Bains (Haute-Loire) ; prisonnier de guerre enrôlé de force ; déserteur de l’armée allemande ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur.

Le 11 août 1944, le capitaine Seigle, commandant du maquis de Rougeac (Haute-Loire), fut arrêté avec son chauffeur Lucien Cornern par les Allemands en traversant la commune de Bains (Haute-Loire). Ignorant que le commandant avait été immédiatement transféré au Puy-en-Velay, Serge Zapalski alias colonel Gevolde donna l’ordre au groupe Seigle, essentiellement composé de russes déserteurs de l’armée allemande, stationné à Rougeac, et au groupe Georges, stationné à Vergezac, d’attaquer les Allemands à Bains.
Les pertes furent lourdes pour les résistants moins bien armés et moins nombreux que les Allemands.
Parmi les six victimes des combats, on trouva trois russes , des Tatars, restés inconnus ou mal identifiés. Prisonniers de guerre, ils avaient été enrôlés de force dans l’armée allemande puis avaient déserté et rejoint le maquis. 200 Russes auraient ainsi rejoint le maquis de Rougeac. Parmi eux, un soldat Tatar resté inconnu à côté de ses deux camarades Gaizizan Zoubairev et André Akzienov. L’enquête pour crimes de guerre indiqua qu’il était un officier commandant un groupe de soldats russes passés chez les FFI, et composant un troisième groupe attaquant les Allemands à bains.
Le maire de Bains de l’époque, craignant des représailles allemandes, refusa qu’ils soient enterrés sur place. Les maquisards emmenèrent les corps de leurs trois camarades dans une charrette dans la commune voisine de Vergezac où, ils reposent depuis. Il fallut attendre 2010 pour que la première fois les autorités russes, par le biais d’Alexandre Orlov, ambassadeur de la fédération de Russie en France, participe à une cérémonie officielle en mémoire de ses soldats russes, en se recueillant sur leur tombe.

La mention "soldat russe inconnu" figure sur une plaque à Bains ainsi que sur le monument aux Morts à Bains.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237170, notice INCONNU Bains, origine Tatar par Eric Panthou, version mise en ligne le 26 janvier 2021, dernière modification le 17 février 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : Arch. dép. du Puy-e-Dôme, 908 W 93 : crimes de guerre à bains. — Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé. Les monuments de la résistance en Haute-Loire, Le Puy, éditions de la Société académique, 1983. — Mémorialgenweb. — "Première cérémonie officielle pour les soldats russes de Vergezac", Le Progrès - Lyon, 8 juin 2010. — Laurianne Nomel, "Des maquisards russes enterrés à Vergezac", Le Progrès - Lyon, pages Haute-Loire, 1 novembre 2019. — Madame Plantin-Giraud, « La bataille de Bains, témoignage sur la journée du 11 août 1944 », Bulletin de la Société académique du Puy-en-Velay et de la Haute-Loire, tome LXVII, 1991, pages 103-109.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément