MAENO Zenshirō

Né le 12 juin 1903 dans le département de Mie ; mort vers 1936 à Odawara. Militant communiste.

MAENO Zenshirō naquit dans le village de Misetani (actuellement Ōdai), district de Take dans le département de Mie. Quand il eut terminé l’école primaire à quinze ans, il travailla quelque temps comme vendeur dans une mercerie puis, s’étant rendu à Ōsaka, il y devint ouvrier dans des usines de tissage de coton ou des filatures. A l’âge de dix-­neuf ans, il partit pour la capitale où il fut embauché par les filatures Nisshin ; après avoir effectué son service militaire, il se fit en 1925 porteur à la gare de Nagoya ; deux ans plus tard, à la gare de Shiodome, il fit la grève pour lutter contre la baisse des tarifs et fut licencié au mois de septembre. Il adhéra ensuite au Syndicat unifié de Tōkyō (Tōkyō gōdō rōdō kumiai) et devint secrétaire de la section de Mukōjima ; il prit part, à ce titre, à de nombreux conflits ouvriers et après être passé, à la suite de l’Affaire de répression du 15 mars 1928, à la section d’Ebara, il fut nommé en septembre permanent du Syndicat unifié de Tōkyō (Tōkyō gōdō rōsō) avec le titre de responsable de la Section des luttes ouvrières. Ayant adhéré en janvier 1929 au Parti communiste (Kyōsan tō), il fut arrêté deux mois plus tard, mais par suite de l’aggravation du béri-béri dont il souffrait, ilfut relâché et, échappant à la surveillance de la police, il travailla à la réorganisation du Parti ; prenant contact avec TANAKA Seigen, et SANO Hiroshi, il réussit en juin à reconstituer le Comité central et assuma les fonctions de responsable syndical ; la région qui lui fut affectée était celle d’Ōsaka. Lors de la réunion plénière du Comité central élargi qui se tint dans le département de Wakayama entre le 14 et le 18 janvier 1930, MAENO Zenshirō fut élu au nouveau comité central en même temps que TANAKA Seigen, SANO Hiroshi, ABE Yoshimi et SAITŌ Takeshi ; le secrétariat du Bureau politique fut confié à TANAKA, SANO et MAENO Zenshirō ; ce dernier assuma, en particulier, la responsabilité de la section des syndicats et celle des affaires militaires. Comme il était en outre chargé de l’organisation dans la région d’Ōsaka, il s’y installa aussitôt en janvier de la même année. Cependant, sous prétexte qu’il échappait au contrôle du Parti, il fut contraint de démissionner le 7 février de son poste au Bureau politique et de la direction de la section syndicale. Etant devenu, par contre, président du Comité régional d’Ōsaka, il fut arrêté en pleine activité, le 22 février 1930, et condamné à une peine de six années d’emprisonnement. Libéré en 1936, il devait se suicider dans la banlieue d’Odawara ; la date de sa mort n’est toutefois pas connue.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237355, notice MAENO Zenshirō, version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 9 juillet 2021.

SOURCES : Tōdai shakenjō zō, Nihon kyōsan tō kansai gurūpu kankei shiryō (Documents relatifs au Groupe du Kansai du Parti communiste japonais), inédit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable