NII Itaru

Né en 1888 dans le département de Tokushima ; mort en 1951. Écrivain proche du mouvement anarchiste.

Originaire du département de Tokushima NII Itaru sortit diplômé de la section de sciences politiques de l’Université impériale de Tōkyō. Ayant débuté comme journaliste à l’Ōsaka mainichi shimbun (Journal Mainichi d’Ōsaka) puis au Tōkyō asahi shimbun (Journal Asahi de Tōkyō), il gagna par la suite son autonomie en devenant penseur indépendant, apportant sa contribution aux mouvements sociaux et au mouvement des coopératives de consommation par ses écrits, ses critiques et ses essais à partir de la fin de l’ère Taishō (1925). S’étant peu à peu rapproché du mouvement anarchiste, il collabora à la rédaction de plusieurs revues telles : Bungei hihyō (Critique littéraire), novembre 1925, de KATŌ Kazuo et MIYAJIMA Sukeo, Ribemteru (Le Libertaire), mai 1927, d’ISHIKAWA Sanshirō et ASO Yoshi, Jiyū wo warera ni (A nous la liberté), juin 1933, d’ENDŌ Kikan ; il collabora en outre à Genshi (Les Origines), de TSUBOI Shigeshi et KATŌ Kazuo, Mujun (Contradictions), d’IKARI Kōtarō, TADO Masaharu, et MIYAJIMA Sukeo, Kokushoku bungei (Littérature noire), d’UEDA Nobuo et HOSHINO Junji, Bungei birundingu (Bâtiment littéraire), de HATAYAMA Seikō, HATAYAMA Seishin et IIDA Tokutarō. NII Itaru participa de plus, à la publication des œuvres complètes de Kropotkine (1928) et de celles de Bakounine (1930-1931). Après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, NII Itaru fut élu maire de l’arrondissement de Suginami à Tōkyō, en 1947, par le « camp démocratique » regroupant l’opposition et les libéraux ; mais ses tentatives pour promouvoir davantage de liberté et de démocratie s’étant heurtées à l’opposition du Conseil municipal, il démissionna. II poursuivit par la suite son action de penseur libre et indépendant jusqu’à ce qu’il tombe foudroyé par une hémorragie cérébrale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237454, notice NII Itaru, version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 6 janvier 2022.

ŒUVRE : Sakei shichō (Courant des idées de gauche), 1919. — « Anakizumu » (Anarchisme) dans Shakai mondai kōza (Cours sur les problèmes sociaux), IVe volume, publié par Shinchōsha, 1927. — Tsukiyo no kitsuen (Fumer par une nuit de lune), 1928. — Anakizumu geijutsuron (Traité sur l’art anarchiste), 1930. — Kuchō nikki (Journal du maire d’un arrondissement), 1955.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable