NISHIO Jirōhei

Né le 22 août 1907, dans le département de Gifu. Dirigeant syndicaliste paysan.

Originaire de la localité de Sangō, district d’Ena, dans le département de Gifu, NISHIO Jirōhei participa, dès son jeune âge, au mouvement paysan. En 1929, il occupait déjà le poste de secrétaire du siège départemental d’Ōsaka du Syndicat national des paysans (Zennō ou Zenkoku nōmin kumiai) et il militait dans la section des jeunes de ce syndicat ; il fut nommé, en avril 1930, membre permanent de l’exécutif au cours du ne congrès des délégués départementaux de cette section des jeunes.
Un an plus tard, devenu avec ŌNISHI Toshio secrétaire du bureau national du Zennō, à la suite du IVe congrès, NISHIO Jirōhei prit part à plusieurs conflits du travail dirigés par la section de Tsurumi à Ōsaka ou encore celui de Hidaka, dans le département de Wakayama. Au mois d’octobre, il fut envoyé, en qualité d’organisateur, dans le département de Kōchi où il resta jusqu’en 1933, le temps de mettre sur pied des syndicats dans les districts d’Agawa, Takaoka et Aki pour enfin former l’Union départementale de Kōchi du Syndicat national des paysans (Zennō).
NISHIO Jirōhei fut arrêté, inculpé de violence, et condamné à six mois de travaux forcés pour avoir, en 1932, dirigé les grandes négociations de masse avec les propriétaires fonciers lors du mouvement des petits fermiers (kosaku) dans le district d’Aki.
Il revint ensuite à Ōsaka où il travailla activement en qualité de secrétaire du bureau national du Zennō, et fut élu, en 1938, député-maire de la ville de Fuse, dans le département d’Ōsaka. Il fut réélu quatre ans plus tard, mais cela ne l’empêcha pas d’être appelé sous les drapeaux en 1943, pour aller faire la guerre en Chine, dans la région de Suzhou. Après la défaite du Japon, il fut démobilisé et, revenu en 1946 dans son pays, il adhéra au Parti communiste japonais. La même année, il fut élu membre permanent de l’Union départementale d’Ōsaka du Syndicat des paysans japonais (Nichinō). C’est en tant que membre du bureau central de ce syndicat qu’il participa, de 1953 à 1962, aux luttes que menaient les sections de chaque localité de la région d’Ōsaka.
Actuellement (1972), NISHIO Jirōhei est président de la Société anonyme de recherches et d’appareils électriques (Denken tanshi), et aussi cadre permanent de la Société des amis des petites et moyennes entreprises du département d’Ōsaka (Ōsakafu chūshōkigyō dōyūkai). Toute sa vie est désormais consacrée à tirer de l’oubli les chants révolutionnaires des époques Meiji, Taishō et Shōwa : parcourant le pays en tous sens, NISHIO Jirōhei travaille inlassablement à rassembler ces anciens chants. Un premier résultat de ses travaux a été édité en 1972.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237467, notice NISHIO Jirōhei, version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 10 janvier 2022.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable