FEUILLET Yvette

Par Jean-Pierre Besse

Née le 25 janvier 1920 à Paris, morte en déportation le 8 juillet 1943 à Auschwitz ; ouvrière dans l’industrie des lampes ; militante communiste et résistante à Paris.

Yvette Feuillet
Yvette Feuillet

Fille d’un boulanger et d’une ménagère, orpheline de père à dix ans, Yvette Feuillet obtint le certificat d’études primaires et commença à travailler dans une usine de lampes électriques près de la Bastille. Syndiquée, elle participa aux grèves de 1936 et adhéra en 1937 à l’Union des jeunes filles de France (UJFF). Elle milita aussi à la CGT à Ivry-sur-Seine (Seine).

Sous l’Occupation, entré très tôt dans la clandestinité, elle devint agent de liaison du comité central. Arrêtée, le 2 mars 1942 dans le cadre de l’affaire Cadras-Pican (voir Félix Cadras), elle fut transférée au dépôt puis à la Santé (23 mars 1942), enfin à Romainville (24 août 1942) et déportée dans le convoi du 24 janvier 1943 vers Auschwitz où elle mourut du typhus à vingt-trois ans.

Elle fut homologuée sergent FFI à titre posthume.

Une plaque est apposée dans l’immeuble où elle vécut, rue des Rosiers à Paris IVe arr.

Sa sœur Henriette fut arrêtée le 8 octobre 1940 en même temps que Pierre Villon. Selon la préfecture de police "Ginsburger (Pierre Villon) avait pour principale collaboratrice la demoiselle Feuillet chargée de recruter et de rémunérer à raison de 1500 à 2000 francs par mois les agents clandestins du parti." Elle fut incarcérée à la Santé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23750, notice FEUILLET Yvette par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 25 novembre 2008, dernière modification le 20 octobre 2011.

Par Jean-Pierre Besse

Yvette Feuillet
Yvette Feuillet

SOURCES : Arch. PPo., carton 3, activités communistes, carton 10, activités communistes, septembre 1940-septembre1941. – Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Les Éditons de Minuit, 2002. — Pierre Villon, Résistant de la première heure, Editions sociales, 1983. — site genweb. — Mémo Luttes, bulletin de l’Institut d’histoire sociale du Val-de-Marne, n° 49, octobre 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément