SAKAI Tameko (nom de jeune fille : NOBEOKA)

Née à Osaka le Il mai 1872 ; morte le 2 janvier 1959. Militante socialiste ; épouse de SAKAI Toshihiko.

Le père de SAKAI Tameko était un négociant, NOBEOKA Seibei, qui assurait la vente du riz produit par l’ancien clan de Kaga et pratiquait également des opérations de change ; quand sa fille naquit, il avait emménagé à Osaka. Plus tard, la famille retourna s’installer à Kanazawa et c’est là que, vers 1901, la jeune Tameko s’intéressa avec son frère cadet Tsunetarō au Yorozu chōhō (Informations diverses du matin) et à la Katei zasshi (Revue des ménages) ; ils devinrent par la suite des lecteurs assidus du Heimin shimbun (Journal de l’homme du peuple). Ayant découvert en 1904 dans cette publication, une petite annonce passée par MATSUOKA Fumiko qui demandait une aide-cuisinière pour l’assister dans les travaux divers de la Société de l’homme du peuple (Heiminsha), NOBEOKA Tameko, désireuse de participer au mouvement, s’empressa de se présenter et se rendit aussitôt à Tōkyō. Elle y vécut avec MATSUOKA Fumiko et fit preuve d’une grande efficacité dans les multiples tâches qui lui furent confiées jusqu’à son mariage en septembre 1905, avec SAKAI Toshihiko. Elle continua alors de s’occuper avec un très grand dévouement des membres de l’organisation, dont faisait également partie KŌTOKU Shūsui. Même si elle resta dans l’ombre, elle n’en fut pas moins l’un des piliers du mouvement socialiste, principalement dans la période de quasi-interdiction qui suivit l’Affaire des drapeaux rouges (1908), et surtout celle du complot de lèse-majesté (1910). Elle mérite d’être citée comme l’une des pionnières du mouvement socialiste japonais.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237564, notice SAKAI Tameko (nom de jeune fille : NOBEOKA), version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 7 février 2022.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable