SUMIYAMA Shirō

Né le 29 juillet 1909 dans le département de Kyōto. Militant syndicaliste paysan.

Originaire du département de Kyōto, SUMIYAMA Shirō fréquenta l’école secondaire départementale Daisan qu’il abandonna en cours d’études. Après avoir participé, vers 1929, aux activités de l’Union départementale de Kyōto du Syndicat national des paysans (Zennō ou Zenkoku nōmin kumiai), il se rendit à Tōkyō où, militant dans le cadre de la Fraction du congrès national (Zenkoku kaigiha), il devint responsable de la publication de cette tendance, Nōmin tōsō (Luttes paysannes) ; il était en même temps membre du secrétariat général chargé des activités illégales. Ayant adhéré au Parti communiste japonais (Nihon kyōsantō) en 1932, il fit partie, au printemps 1934, de la fraction dite de la majorité qui souhaitait que fût convoquée une conférence nationale dont les délégués éliraient un nouveau Comité central. Après la dissolution de la Fraction du congrès national (Zenkaiha) du Syndicat des paysans (Zennō), SUMIYAMA Shirō devint secrétaire permanent de l’Union nationale des ligues des jeunes des syndicats d’industrie (Sangyō kumiai seinen renmei zenkoku rengō) et c’est à travers cette organisation qu’il poursuivit son action dans le mouvement paysan jusqu’à son arrestation en décembre 1941 qui coïncidait avec le déclenchement de la guerre du Pacifique. Après la fin de la guerre, SUMIYAMA Shirō travailla, à partir de novembre 1945, à la Fédération des coopératives du Japon (Nihon kyōdō kumiai dōmei) où il était permanent auprès de la direction centrale, chargé de la liaison avec les paysans ; il prit une part active à la constitution de l’Association démocratique de l’alimentation du Kantō (Kantō minshu shokuryō kyōgikai), à celle de l’Assemblée pour la réhabilitation de l’agriculture (Nōgyō fukkō kaigi) et enfin à celle de l’Association des coopératives paysannes (Nōgyō kyōdō kumiai kyōgikai). Lors de la troisième scission du Syndicat des paysans japonais (Nichinō) en 1949, SUMIYAMA Shirō se rallia à la Fraction de l’unité (Nichinō tōitsu ha) soutenue par le Parti communiste et le Parti ouvriers-paysans (Rōnōtō) ; il entra au secrétariat de cette formation où, assumant la responsabilité des affaires courantes, il s’occupa en outre de la publication des journaux et revues.
SUMIYAMA Shirō réintégra en 1947 le Parti communiste ; mais il en fut exclu deux ans plus tard pour manque de discipline à propos de la réforme agraire : en effet, face aux mesures annoncées par le gouvernement, le groupe de l’exécutif du Syndicat des paysans (Nichinō), auquel s’était rallié SUMIYAMA Shirō, mit surtout l’accent sur la lutte contre les monopoles dans l’énoncé de son programme politique alors que le Parti insistait sur l’éradication des vestiges féodaux. SUMIYAMA Shirō fonda ensuite, en 1952, la Société d’édition du Nōmin shimbun (Journal des paysans) où il est actuellement président du conseil d’administration (1972).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237617, notice SUMIYAMA Shirō, version mise en ligne le 29 juillet 2022, dernière modification le 25 avril 2022.

SOURCES :Comité de rédaction, Nōmin kumiai undō shi (Histoire du mouvement syndicaliste paysan), 1960.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable