PUECHAVY Philippe

Par Dominique Tantin, Michel Thébault

Né le 2 octobre 1924 à Champigny-sur-Marne (Seine, Val-de-Marne), mort en action le 17 août 1944 à Loches (Indre-et-Loire) ; résistant FFI maquis Lecoz.

Philippe Puechavy n’avait pas encore 20 ans révolus lorsqu’il rejoignit les maquisards FFI d’Indre-et-Loire aux environs de Loches au sein du maquis Lecoz. En mars 1944 un individu se présentant comme le capitaine Lecoz arriva dans le Lochois et prit contact avec l’AS. Rejeté par le maquis d’Epernon qui doutait de son identité et de ses antécédents, il constitua après le 6 juin, dans les environs de Loches son propre maquis. Il recruta très largement (environ 180 hommes) des étrangers (des militaires alliés évadés, des polonais et ukrainiens déserteurs de l’armée allemande…) et d’authentiques jeunes résistants dont vraisemblablement Philippe Puechavy. Menant à la fois des attaques contre les troupes allemandes et les collaborateurs, Lecoz se livra également avec son proche entourage à des violences, pillages, racket, expéditions et exécutions sommaires. Son maquis joua un rôle important dans la libération de Loches le 16 août 1944 et dans la défense de la ville les jours suivants. Déconsidéré par les violences accomplies, le maquis fut après la guerre considéré comme un « maquis noir » et Lecoze (de son vrai nom Georges Dubosq) condamné à mort et fusillé dans la cour de la prison d’Angers le 14 mai 1946. La plupart des membres du maquis furent déclarés innocents car ignorant des activités répréhensibles de leurs chefs et leurs faits de résistance reconnus à titre individuel avec l’homologation FFI.

Le 16 août 1944, la ville de Loches connut une première libération par l’action conjointe de plusieurs maquis locaux dont principalement le maquis Lecoz. La fiche de l’état des morts du maquis Lecoz contenue dans le dossier d’homologation des formations FFI au SHD Vincennes (op. cit.) indique que Philippe Puechavy a été tué au combat le 17 août 1944 dans la région de Loches. La fiche Mémoire des Hommes indique “tué par balles” mais les circonstances précises restent à déterminer.

Il obtint la mention Mort pour France et fut homologué FFI. Il est inhumé au cimetière communal de Stains dans le carré des corps restitués.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237775, notice PUECHAVY Philippe par Dominique Tantin, Michel Thébault , version mise en ligne le 28 janvier 2021, dernière modification le 8 janvier 2022.

Par Dominique Tantin, Michel Thébault

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, AC 21 P 140150 (nc). — Mémoire des hommes, dossiers d’homologation des formations FFI, Maquis Le Coz GR 19 P 37/12 — Bernard Briais Un dossier noir de la Résistance, le maquis Lecoz Éd. Alan Sutton 2002. — Mémoire des Hommes. — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément