BIETTE Émile Jean Achille

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 30 juin 1913 à Paris (XIe arr.), exécuté le 30 août 1944 à Reims (Marne) ; cadre ; FFI.

Émile Biette était le fils d’Achille Biette, gardien de la paix, et de Jeanne Mathilde Malvina Trichet, employée de commerce. Il avait épousé Henriette Claudine Aubry le 31 mars 1938 à Paris (XVe arr.). Le couple qui avait une petite fille, Yvette, née en 1938, était domicilié à Reims, où Émile Biette exerçait la profession d’employé au Centre de jeunesse.

Devenu en 1944 intendant régional des Centres de jeunesse, il a fourni des vivres et des vêtements à des jeunes réfractaires au Service du travail obligatoire passés à la clandestinité. En janvier 1944, il s’est engagé dans la centaine CDLR-FFI (Ceux de la Résistance-Forces françaises de l’intérieur) commandée à Reims par Maurice Balaude, dite centaine Maurice.

Les conditions de son décès restent incertaines. Selon Daniel Marquet, il a été « surpris par une patrouille allemande dans la nuit du 28 au 29 août 1944 et exécuté sur place ». La fiche du COSOR remplie par sa veuve indique qu’il a été arrêté le 29 août 1944 et « fusillé » le lendemain. Son avis d’obsèques le présente comme « membre des FFI, tué le 29 août 1944 avenue Brébant par des soldats allemands en déroute ». Une mention marginale ajoutée à son acte de naissance le déclare « décédé à Reims le 30 août 1944 ».

Émile Biette a été reconnu « Mort pour la France » et le statut d’Interné-résistant lui a été décerné à titre posthume, ainsi que La Médaille de la Résistance par décret du 18 mai 1960 publié au JO du 24 mai 1960.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article237821, notice BIETTE Émile Jean Achille par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 29 janvier 2021, dernière modification le 10 février 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 23 076 et 70 9527. – SHD, Vincennes, GR 16 P 59243. – Arch. Dép.Marne, M 4774, Autres victimes . – Archives du COSOR de la Marne. – L’Union Champenoise, 5 septembre 1944. – Jean Joly, Mouvement CDLR, arrondissement de Reims, mémoire achevé par son gendre Daniel Marquet à partir des notes de Jean Joly et des archives de Pierre Bouchez, 1998. – État civil, Paris (acte de naissance) ; Reims (acte de décès en attente).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément