MASCLAUX Paul, Joseph dit le Marin

Par Eric Panthou

Né le 20 mars 1924 à Langogne (Lozère), mort au combat le 18 juillet 1944 à Pradelles (Haute-Loire) ; agent SNCF ; résistant des Maquis de la Lozère au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Xavier Masclaux, né à Auroux (Lozère), le 18 février 1886, cultivateur, et de Léonie, Sidonie Chanial, née à Cellier-de-Luc (Ardèche), le 26 octobre 1898, ménagère, Paul Masclaux était agent SNCF au Puy, aujourd’hui Le Puy-en-Velay (Haute-Loire). Il rejoignit la résistance à une date qu’on ignore.
Le 18 juillet 1944, le capitaine Léon Landau alias Martel, appartenant au maquis de la Haute-Lozère se rendit avec quatre hommes à Pradelles pour y chercher du carburant. En arrivant dans cette localité, ils apprirent que le train qui allait arriver en gare transportait des troupes allemandes. Ils décidèrent d’attaquer ce convoi mais furent vite submergés par l’importance des troupes face à eux. Seul le soldat Fuma (ou Pacha) devait en réchapper. Le chef de gare, Joseph Bodembourg fut blessé au cours des échanges de tirs.
Les 4 tués sont le capitaine Léon Landau, le capitaine Pierre Parret, le soldat Paul Masclaux, et le soldat Albin Rieutord.

Il a été reconnu Mort pour la France et homologué forces françaises de l’intérieur (FFI).

Son nom figure sur le monument aux Morts à Pradelle et Langogne. Il figure aussi sur la plaque commémorative Départementale SNCF au Puy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238025, notice MASCLAUX Paul, Joseph dit le Marin par Eric Panthou, version mise en ligne le 5 février 2021, dernière modification le 25 novembre 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 89357, dossier Paul Masclaux (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 400961, dossier résistant Paul Masclaux (nc). — Au sujet de l’arrivée en gare SNCF de Le Puy le 19 juillet 1944 du train de Langogne contenant dans un fourgon deux cadavres, PV du commissaire de police Robert Brie (archives privées Alphonse Rozier) .—Jean-Louis Michel, Résistance en haut Allier, 1940-1944 : l’exemple de la famille Fabre. Polignac : Éd. du Roure, 2008. — Fernand Boyer, Témoins de pierre du sang versé : Les monuments de la Résistance en Haute-Loire, Le Puy, Éditions de la Société académique, 1983, p. 158 .— Mémorialgenweb. — État civil Langogne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément