ROMOFF Serge (Sergueï Matvejevitch Romov)

Par Rachel Mazuy

Né en 1883 en Ukraine (Kamenetz Podolsk), mort en 193 ? dans le cadre des purges staliniennes ; journaliste, traducteur et critique d’art.

Les Cent du Parnasse exposent leurs oeuvres au café, Paris, Les cent, 1921.
Les Cent du Parnasse exposent leurs oeuvres au café, Paris, Les cent, 1921.

Serge Romoff (1883-193 ?) Journaliste, traducteur et critique d’art.
Né en 1883 en Ukraine (Kamenetz Podolsk), le journaliste, critique d’art et traducteur Serge Romoff (Sergueï Matvejevitch Romov), s’est installé à Paris vers 1905-1906.

Il a ensuite collaboré au journal russe Le Drapeau Rouge, pour continuer comme publiciste dans l’entreprise commerciale Florens entre septembre 1911 et juin 1914.

Associé à Luc Mériga au début de la guerre, il a aussi collaboré à la revue La Forge. Il s’est un temps éloigné de la presse pour tenter de vendre un médicament au radium puis s’est ensuite rapproché du Comte Alexis Ignatiev (1878-1954*), collaborant d’abord au journal militaire pour les troupes russes en France, pour devenir secrétaire, jusqu’en mars 1918, au Bureau d’information militaire russe. Il rédigeait alors des articles pour L’Humanité.

En avril-mai 1919, il a participé (rédigeant le texte du catalogue) à l’exposition d’œuvres de Jean Lebedeff organisée par la Ghilde des Forgerons à la galerie du Luxembourg à Paris.
En avril, juin et décembre 1921, avec les peintres Auguste Clergé (1892-1963) et Maurice Le Scouëzec (1881-1940), il a organisé trois expositions qui vont faire date au café du Parnasse (103 bd de Montparnasse) : celles des 47 artistes au Parnasse puis des Cent de Montparnasse et enfin des Cent vingt artistes, où les peintres vendent leurs toiles sans intermédiaire.

Après ces expositions, il s’est occupé en 1921-1922 de la revue en russe Oudar (Le Coup), imprimée par l’Imprimerie Union pour laquelle il a travaillé dès les années 1910, jusqu’à la fin des années vingt. Cette revue en cyrillique fut au départ financée avec une partie des recettes du bal russe de mars 1922, un bal de bienfaisance pour venir en aide aux artistes russes habitant Paris, mais qui devait également permettre l’envoi de colis alimentaires aux victimes de la famine en Russie. La commission de financement (parmi lesquels Ozenfant et Le Corbusier) reprocha à Romoff (poussé à quitter la revue et à rendre les fonds accordés) la lenteur de la publication.

On lui doit aussi une traduction d’un recueil de poèmes d’Alexandre Blok (illustré par Michel Larionov - Mikhaïl Fiodorovitch Larionov) en 1920.

Émigré en 1928 en URSS, il est revenu en France pour des projets artistiques et littéraires, et a travaillé ensuite quelque temps pour la Literatournaia Gazeta. Arrêté, emprisonné pendant deux ans, il disparaîtra (sans doute fusillé) lors des purges staliniennes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238079, notice ROMOFF Serge (Sergueï Matvejevitch Romov) par Rachel Mazuy, version mise en ligne le 12 février 2022, dernière modification le 7 décembre 2022.

Par Rachel Mazuy

Les Cent du Parnasse exposent leurs oeuvres au café, Paris, Les cent, 1921.
Les Cent du Parnasse exposent leurs oeuvres au café, Paris, Les cent, 1921.

Ses œuvres :
- Bois gravé de Ivan Lebedeff, Texte de S. Romoff, Paris, Galerie du Luxembourg, 1919, ( Bibliothèque Kandinsky).
- Quarante sept artistes exposent au Café du Parnasse... Paris : Vernissage le 8 avril 1921, Paris : Café du Parnasse, 1921, 16 pages (non paginé, Bibliothèque Kandinsky).
- Les Cent du Parnasse : exposent leurs œuvres au Café [du Parnasse, vernissage le 3 juin 1921], préface de Serge Romoff, Paris, Café du Parnasse, 1921, 42 pages (non paginé, Bibliothèque Kandinsky).
- Oudar [revue en cyrillique] : chronique des lettres et des arts / ed. S. Romoff, gérant Florent Fels, N.1(1922,fevr.)-n.4(1923,août) (Fonds Destribats, Bibliothèque Kandinsky).
- Les douze / Alexandre Blok ; trad. du russe par Serge Romoff, avec sept ill. d’après les dessins de Michel Larionow, Paris, Ed. La Cible, 1920 (Bibliothèque Kandinsky).

SOURCES : Etienne Rey-Andreu, “Le Salon des cent peintres”, Le Centre, août- septembre 1921, p. 171-172. — Texte de la galerie Maeght écrit en collaboration avec Génia et Sylvie Courtade (fille et petite-fille de Serge Romoff).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément