CARABADJAL [Pseudonyme dans la clandestinité : PATATE]

Par Renaud Poulain-Argiolas

Salarié du port de Caronte (Martigues, Bouches-du-Rhône) puis de la raffinerie de La Mède (Châteauneuf-les-Martigues) ; membre de la résistance communiste de Martigues.

Employé aux Établissements Maritimes de Caronte, son rôle dans la résistance est évoqué par Jacky Rabatel, restituant le témoignage de Gabriel Catto, camarade de Carabadjal sur le port. Catto entra en juin 1942 dans le réseau d’obédience communiste tissé par Paul-Baptistin Lombard. Carabadjal et Catto formaient un triangle de résistants avec un Algérien nommé Tayeb B. par Rabatel. Les deux premiers se firent embaucher plus tard à la raffinerie de La Mède (près de Martigues).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238086, notice CARABADJAL [Pseudonyme dans la clandestinité : PATATE] par Renaud Poulain-Argiolas, version mise en ligne le 7 février 2021, dernière modification le 7 février 2021.

Par Renaud Poulain-Argiolas

SOURCE : Jacky Rabatel, Une ville du Midi sous l’Occupation : Martigues, 1939-1945, Centre de Développement Artistique et Culturel, 1986 (pp. 156, 224).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément