CLEYET Émile, Stéphane

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 14 février 1914 à Thézillieu (Ain), exécuté sommairement le 15 juin 1944 à Thézillieu ; cheminot ; victime civile.

Émile Cleyet était domicilié à Ambérieu (Ain). Il entra au chemin de fer et était ouvrier ajusteur au dépôt d’Ambérieu sous l’Occupation.
Le 13 juin 1944, l’ennemi tenta de monter sur le plateau mais n’y parvint pas et les Allemands montèrent une opération permettant de lever les barrages et d’accéder au Plateau d’Hauteville. Le 15 juin, le verrou de la Lèbe sauta. Le village de Saint-Maurice fut brûlé. Les Allemands passèrent le col de la Lèbe. Au passage sur la grande route, à 17 heures, ils fusillèrent lâchement Octave Miguet qui cultivait tranquillement son jardin à côté de sa maison, à Sainte-Blaizine. Au hameau de Ponthieu, ils exécutèrent encore cinq personnes dont Émile Cleyet.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur son acte de décès.
Son nom figure sur le monument aux morts, à Thézillieu (Ain) et la plaque commémorative de la SNCF, dans l’entrée de la direction régionale, à Chambéry (Savoie)..

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238149, notice CLEYET Émile, Stéphane par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 8 février 2021, dernière modification le 8 février 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Véronique Desormeaux et Thomas Fontaine dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017 pages 396/397.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément