DJIAN Henri

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 16 août 1910 à Mascara (Oran, Algérie), exécuté sommairement le 27 mai 1944 à Toulouse (Haute-Garonne) ; cheminot ; résistant des Forces françaises combattantes (FFC).

Henri Djian était marié et père de trois enfants. Il entra à la SNCF le 2 février 1943 comme auxiliaire à Carcassonne (Aude).
Il entra dans la Résistance comme membre du réseau de renseignements Goélette. Le 27 mai 1944, il fut mortellement blessé de trois balles de revolver tirées par un membre de la Franc-Garde de la Milice, dans des circonstance non connues.
Il est inhumé au cimetière de Terre-Cabade, à Toulouse (Haute-Garonne).
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de lieutenant des Forces françaises combattantes (FFC).
Il reçut la Médaille de la Résistance à titre posthume par décret du 15/10/1945 et publication au JO le 20/10/1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238150, notice DJIAN Henri par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 8 février 2021, dernière modification le 18 février 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossiers SHD Vincennes GR 16 P 187112 et Caen AC 21 P 121529 (non consultés).— Véronique Desormeaux et Clément Gosselin dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017 pages 519.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément