ÉCUVILLON Étienne, François, Louis

Par Jacques Girault

Né le 5 février 1935 à Genève (Suisse) ; mort le 27 décembre 2014 à Saint-Laurent-de-Carnols (Gard) ; professeur ; peintre ; militant communiste du Gard.

Fils d’un maître mineur qui participa à la Résistance pendant la guerre en Allier et mourut de la silicose dans les années 1950, Étienne Écuvillon, aîné de quatre enfants, fut seulement baptisé. Sa scolarité fut perturbée par les fréquents déménagements nécessités par la profession de son père. Après avoir fréquenté le cours complémentaire du Martinet (Gard) et le collège technique de Nîmes (Gard), il obtint le certificat d’aptitude professionnelle de décorateur et parallèlement deux premiers prix à l’école des Beaux-arts de la ville.

Maître auxiliaire de d’arts plastiques pendant treize ans dans des établissements du Gard et de l’Hérault (lycée et collège de Bagnols-sur-Cèze, collèges de Pont-Saint-Esprit, de Béziers, il fut titularisé en 1973 comme chargé d’enseignement après avoir réussi au concours, et nommé à Die (1973-1993) puis termina sa carrière au collège Ventadour à Bagnols-sur-Cèze en 1995.

Non syndiqué pendant toute sa carrière, il participa pourtant à toutes les actions syndicales (grèves, manifestations, etc…).

Il effectua son service militaire (1955-1957) à Marseille (Train des équipages, puis service cartographique de la 9eme région militaire). Il se maria en février 1993 à Vénéjan (Gard) avec une conseillère technique au Centre de recherches pour les enfants et les adolescents inadaptés de Lyon. Le couple eut un fils.

Etienne Écuvillon, membre des Jeunesses communistes depuis son adolescence, adhéra au Parti communiste français en 1959. Secrétaire de la section communiste de Bagnols pendant une dizaine d’années, il entra au comité de la fédération communiste en 1962, fut renouvelé en 1964 et régulièrement reconduit jusqu’au début des années 1970. Il suivit les cours de l’école centrale du PCF en 1962. Organisateur des manifestations de jeunes pour la paix et l’indépendance de l’Algérie en 1961 à Bagnols-sur-Cèze, il s’opposa aux partis de l’Organisation de l’armée secrète. Anticlérical, Ecuvillon milita volontiers avec des chrétiens dans le cadre du Mouvement de la Paix à Bagnols. Il participa à la création de la section communiste de la centrale nucléaire de Marcoule et militait pour sa réorientation vers la production civile. Un de ses tableaux fut choisi par Bernard Deschamps pour la couverture de son ouvrage Les Gardois contre la guerre d’Algérie, dont la première édition parut aux éditions Le Temps des cerises en 2003.

Étienne Écuvillon cessa d’appartenir au PCF au début des années 1970 tout en restant un sympathisant actif. Investi dans l’action pédagogique en arts plastiques, il mettait aussi son temps dans son activité de peintre et dans la restauration d’une maison dans un village du Gard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23818, notice ÉCUVILLON Étienne, François, Louis par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 décembre 2008, dernière modification le 13 mars 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du Comité national du PCF. – Renseignements fournis par l’intéressé. — Notes de Bernard Deschamps transmises par Maxime Ravel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément