BARILLON Robert, Louis ou ROBERT-BARILLON Louis

Par Eric Panthou

Né le 19 avril 1918 à Lyon (Rhône, II° arr.), mort au combat le 20 juin 1944 à Chaudes-Aigues (Cantal) ; résistant au sein des FFI.

Présenté dans le Mémorial de la Truyère comme le garde du corps d’Henry Ingrand alias Rouvre, chef régional des Mouvements unis de la Résistance (MUR) depuis mars 1943, Robert Barillon aurait été tué par un avion allemand le 20 juin 1944 à l’entrée sud de Chaudes-Aigues lors des combats opposant les maquis rapatriés du Mont-Mouchet aux troupes allemandes.
Selon le dossier de résistant d’André Legrand, Barillon était ce 20 juin en mission avec deux camarades, André Legrand et Salgot. Ils furent pris dans une embuscade ennemie, au lieu-dit « Tournant de la mère Vincent », sur le territoire de la commune de Chaudes-Aigues. Les trois hommes furent tués.
Son identité est incertaine car aucun dossier à ce nom n’existe au service historique de la Défense et son nom n’apparaît sur aucun monument. Le Mémorial de la Truyère le présente comme né à Lyon, II° arr. mais il ne figure pas sur le registre d’état-civil. Ne s’agit-il pas de Louis Robert-Barillon dont le nom figure sur me monument aux victimes de la barbarie nazie, à Villeurbanne (Rhône) ?
Il a été inhumé sur place. Le commandant Peyron est venu retirer le corps le 9 novembre 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238188, notice BARILLON Robert, Louis ou ROBERT-BARILLON Louis par Eric Panthou, version mise en ligne le 9 février 2021, dernière modification le 23 avril 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : Jean Favier, Mémorial du réduit de la Truyère. Aurillac : Union des ACVG - CVR du Cantal, Musée de la Résistance d’Anterrieux, 2008. — Notice André Legrand. — Mémorialgenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément