BÉRENGUIER Fernand, Albert

Par Jean-Luc Marquer

Né le 21 juillet 1926 à Montmorin (aujourd’hui Valdoule, Hautes-Alpes), abattu le 4 juin 1944 à Pontcharra (Isère) ; cultivateur ; résistant homologué Forces françaises de l’Intérieur

Fernand, Albert Bérenguier était le fils naturel de Fernande, Agnès, Ida Bérenguier.
Il était cultivateur à Beaucaire (Gard).
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs de l’Armée Secrète de l’Isère.
Le 4 juin 1944, vers sept heures du matin, 5 maquisards, dont Fernand Bérenguier, furent faits prisonniers par des soldats allemands qui faisaient une rafle à Pontcharra (Isère).
Fernand Bérenguier tenta de s’échapper en sautant dans le canal des Papeteries de France. Touché par des balles, il coula immédiatement.
Son corps, arrêté par la vanne de déversoir, fut retiré du canal dans l’après-midi.
On releva deux traces de balle, l’une dans l’épaule gauche, l’autre dans l’épaule droite.
Fernand Bérenguier obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur.
Il est désormais enterré dans la nécropole nationale de La-Doua à Villeurbanne (Métropole de Lyon), Carré E, rang 2, sépulture 10.
Son nom figure sur les monuments aux morts de Montmorin (aujourd’hui Valdoule, Hautes-Alpes) et Beaucaire.


Notice provisoire

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238221, notice BÉRENGUIER Fernand, Albert par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 10 février 2021, dernière modification le 10 février 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808W 412, 417 et 575 — AVCC Caen, AC 21 P 20215 (à consulter) — Mémoire des hommes — Mémorial GenWeb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément