DUVAL Fernand

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 12 mai 1912 à Crécy-la-Chapelle (Seine-et-Marne), mort à l’hôpital le 22 juin 1944 à Lons-le-Saunier (Jura) des suites de blessures ; cheminot ; victime civile.

Fernand Durand exerçait le métier de plombier avant d’entrer au chemin de fer à la Compagnie PLM le 2 août 1937 comme manœuvre à l’essai à Villeneuve-Prairie (Seine-et-Oise) où il était domicilié avec son épouse. Un an plus tard, il fut embauché au poste de surveillant de ronde. Mobilisé en septembre 1939, il retrouva son foyer et son métier en juillet 1940.
Le 21 juin 1944, il était en vacances dans le Jura au moment où était menée une action de représailles par les Allemands et leurs auxiliaires français. Il fut blessé par balle à l’abdomen, à Vincelles (Jura). Transporté à l’hôpital à Lons-le-Saunier, il décéda des suites de ses blessures le lendemain 22 juin 1944.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur son acte de décès en octobre 1946.
Son nom figure sur le monument du magasin de Villeneuve-Prairie, à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) et sur la plaque commémorative de la SNCF au Centre Henri-Lang, près de la gare de Lyon, à Paris (XIIe arr.)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238267, notice DUVAL Fernand par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 11 février 2021, dernière modification le 22 février 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossier SHD Vincennes GR 16 P 206316 sans homologation (non consulté).— Hervé Barthélemy et Henri Dropsy dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017 pages 573.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément