EHRETSMANN Albert

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 9 septembre 1902 à Hunawihr (Alsace-Moselle annexée, aujourd’hui Haut-Rhin), exécuté sommairement le 21 juin 1944 à Pressignac (Dordogne) ; cheminot ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Albert Ehretsmann était le fils d’Émile Ehretsmann, vigneron et de Caroline Hibold. Il se maria à Metz avec Barbe Dietrich, dont il eut deux enfants qui étaient âgés à son décès de 17 et 14 ans. Il fut embauché au chemin de fer le 13 avril 1925 comme wagonnier à l’essai à Longuyon (Meurthe-et-Moselle). Il fut commissionné l’année suivante et nommé conducteur le 1er avril 1928 puis muté à Vaires-Torcy en Seine-et-Marne en mars 1931. Le 1er mars 1933, il fut muté comme surveillant à la gare de l’Est, à Paris. Le 10 février 1941, il fut envoyé comme surveillant à la gare de Bergerac (Dordogne). Il fut alors domicilié à Saint-Laurent-des-Bâtons avec sa femme et leurs deux enfants. Il entra dans la Résistance le 18 octobre 1943 et rejoignit un maquis.
Le 21 juin 1944, la 11e panzer allemande attaqua le maquis aidée de la Milice à Mouleydier et Pressignac. 34 maquisards furent capturés puis fusillés le jour même à Pressignac. Albert Ehretsmann était parmi eux. Sur Mémoire des Hommes, il est déclaré tué au combat. Quatorze maisons de Pressignac furent incendiées.
Il est inhumé dans la Section 1, Carré B, Rang 5, Tombe 226 de la Nécropole nationale de Chasseneuil, à Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente).
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur son acte de décès et le titre de d’interné politique en 1956.
Il fut décoré à titre posthume de la Croix de guerre et homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la plaque commémorative de la SNCF, à Bergerac, sur la plaque commémorative et le monument aux morts, à Pressignac-Vicq et sur le monument aux morts, à Saint-Laurent-des-Bâtons (Dordogne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238268, notice EHRETSMANN Albert par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 12 février 2021, dernière modification le 18 février 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : dossier SHD Vincennes GR 16 P 207908 et Caen AC 21 P 179008 (non consulté).— Hervé Barthélemy et Clément Gosselin dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017 pages 576.— Discours de Benoît Bourla Maire de Pressignac-Vicq Mouleydier, le 21 juin 2017 Les combats de Mouleydier et de Pressignac le 21 Juin 1944.— Mémoire des Hommes.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément