DAGAND André, Georges

Par Jean-Luc Marquer

Né le 29 juillet 1921 à Lyon (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon), abattu le 20 juillet 1944 à Saint-Maurice-en-Trièves (Isère) ; bûcheron ; victime civile, réfractaire au S.T.O.

Stèle, Saint-Maurice-en-Trièves (Isère)
Stèle, Saint-Maurice-en-Trièves (Isère)
Photo : Gaby André Vitinger, Mémorial GenWeb, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

André, Georges Dagand était le fils de Stéphane et de Jeanne, Marie, Jacques-Vuarambon.
La famile habitait à Lyon (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon).
Voulant échapper au service du travail obligatoire, il se réfugia à Autrans (aujourd’hui Autrans-Méaudre-en-Vercors, Isère) où il trouva un emploi de bûcheron.
Le 20 juillet 1944, il se trouvait à Saint-Maurice-en-Trièves (Isère) lorsque les troupes allemandes occupèrent le village.
Vers 11 heures, André Dagand, voulant leur échapper, tenta de traverser la route au lieu-dit "Les Boissières" mais il fut immédiatement abattu.
Il obtint la mention "Mort pour la France".
Il est désormais enterré au cimetière n°1 d’Ambérieu-en-Bugey (Ain), carré 3, sépulture 318.
Son nom figure sur une plaque commémorative à Saint-Maurice-en-Trièves.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238301, notice DAGAND André, Georges par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 16 février 2021, dernière modification le 16 février 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Stèle, Saint-Maurice-en-Trièves (Isère)
Stèle, Saint-Maurice-en-Trièves (Isère)
Photo : Gaby André Vitinger, Mémorial GenWeb, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément