GALACHE René, Antoine dit ROBERT, dit RIGAL. Écrit parfois LAGACHE

Né le 25 mars 1920 à Baziège (Haute-Garonne) ; résistant FTPF puis Armée secrète (AS) de Toulouse (Haute-Garonne), exécuté par les troupes allemandes le 17 juillet 1944 à Toulouse.

Pierre Baghi dans son Histoire du mouvement ouvrier en Haute-Garonne évoque un Galache, de la compagnie des FTPF, qui, en 1943, avait placé une bombe dans un atelier de la SNCAM (Construction aéronautique du Midi) à Cugnaux, au milieu des empenages des Messerschmitt qui furent rendus inutilisables. Il semble correspondre à Robert Galache, qui travaillait à Aéro Sud-Est. Il fut battu par la Gestapo le 17 juillet 1944, dans un garage du Quartier des Sept deniers avec Pierre De Raymond dit Cahuzac. Ce lieu leur servait de dépôt d’armes, de munition et de matériel pour la compte de l’Armée secrète (AS). Une plaque en atteste sur le lieu de l’exécution : "Aero Sud-Est. Dans cet atelier travaillait notre camarade Robert Galache tombé glorieusement les armes à la mains aux Sept deniers le 17 juillet 1944 à l’âge de 24 ans". Ils auraient été victime d’une dénonciation.
Selon Michel Goubet et Paul Debauges, ils appartenaient à un Groupe Franc de l’AS.
Il n’y a pas de rue Galache ni de rue De Raymond à Toulouse.
Il fut homologué comme FFI.
Jean-Pierre Besse évoque un René Lagache qui de toute évidence se confond avec Robert Galache.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238334, notice GALACHE René, Antoine dit ROBERT, dit RIGAL. Écrit parfois LAGACHE, version mise en ligne le 13 février 2021, dernière modification le 7 avril 2021.

SOURCES : Pierre Baghi, Histoire du mouvement ouvrier en Haute-Garonne 1870-1950, VO éditions, 1995. — Michel Goubet, Paul Debauches, Histoire de la Résistance en Haute-Garonne, op. cit. — SHD, VIncennes, GR 16 P 239383. — Notes d’André Arnal.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément