BRÉDIGER Pierre Georges Ernest

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 23 juillet 1920 à Forbach (Moselle), mort en action le 12 août 1944 à Saint-Christophe-le-Jajolet (Boischampré, Orne) ; étudiant ; FFL.

Pierre Brédiger était le fils de Nicolas Jean Georges Brédiger, employé aux mines de la Sarre, et de Marie Jeanne Tisserant. Étudiant, il résidait avant-guerre chez ses parents domiciliés à Châlons-sur-Marne (Châlons-en-Champagne, Marne).

Le 3 août 1944, Pierre Brédiger débarqua en Normandie au sein du 501e RCC (Régiment de chars de combat) qui appartenait à la 2e DB (Division blindée) du général Leclerc.
En avril 1940, la 342e Compagnie autonome de chars de combat, équipée de 12 chars H39 (Hotchkiss modèle 39) avait été envoyée à Narvik (Norvège), puis ramenée en 1940 en Angleterre. C’est avec ces chars qu’a été constituée en juillet 1940 la 1ère Compagnie autonome de chars de la France libre qui a été transférée en Afrique, au Gabon puis en Syrie. Intégrée à la VIIIe Armée britannique, elle a participé à la bataille d’El Alamein en Égypte en 1942, puis aux combats de Médenine en Tunisie en 1943. Elle a ensuite fusionné avec deux autres compagnies pour former le 501e RCC reconstitué au sein de la 2e DB arrivée en Angleterre en avril 1944.

Après la libération d’Alençon (Orne) au petit matin du 12 août 1944, l’objectif de la 2e DB était de foncer vers le Nord du département, en direction d’Écouché (Orne). Vers quinze heures trente, une des colonnes de chars fut attaquée dans le secteur de Saint-Christophe-le-Jajolet. Le char Sherman baptisé Keren, du nom de l’une des premières villes libérées par les Français en Erythrée, fut perforé et incendié par un obus. Le sergent Pierre Brédiger, le caporal Joseph Omnès et le chasseur Jacques Tubert qui se trouvaient dans la tourelle ont été tués.

Pierre Brédiger est inhumé dans le carré militaire du cimetière de Saint-Christophe-le-Jajolet aux côtés de ses deux camarades.

Il a été reconnu « Mort pour la France » et il a été homologué FFL. La Médaille de la Résistance lui a été attribuée par décret du 24 avril 1946 publié au JO du 17 mai 1946.

Dans la Marne, le nom de Pierre Brédiger est inscrit sur la plaque commémorative de l’église Sainte-Pudentienne de Châlons-en-Champagne.
Dans l’Orne, il figure sur la plaque commémorative de la 2e DB érigée dans la nécropole nationale des Gateys, à Saint-Nicolas-des-Bois, en mémoire des « Morts de la 2eme D.B., tombés au cours de la libération du département ».
À Saint-Christophe-le-Jajolet, une plaque apposée dans l’église rappelle la mémoire de Pierre Brédiger, Joseph Omnès et Jacques Tubert, « libérateurs de la commune ». Le char M4A2 Sherman Keren est exposé au « Bosquet du 501e », sur les lieux de l’attaque et une plaque rend hommage aux trois FFL qui ont été tués à son bord.
Tous les trois figurent sur le monument commémoratif de la 2e DB érigé place du 25 août 1944 à Paris (XIVe arr.) et sur la plaque commémorative du 501e RCC à Rambouillet (Yvelines) où ce régiment a stationné de 1946 à 1994.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238342, notice BRÉDIGER Pierre Georges Ernest par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 18 février 2021, dernière modification le 18 février 2021.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

À Saint-Christophe-le-Jajolet
À Saint-Christophe-le-Jajolet
SOURCE :
Site chars-francais.net
Dans l'église Saint-Pudentienne</br> à Châlons-en-Champagne
Dans l’église Saint-Pudentienne
à Châlons-en-Champagne
Place du 25 août 1944 à Paris (XIVe arr.)
Place du 25 août 1944 à Paris (XIVe arr.)
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

Sources : AVCC, Caen, AC 21 P 3 3267. – SHD, Vincennes, GR 16 P 88738. – Site « Les Français libres ». – Site chars-français.net (photos). – Mémorial GenWeb. – État civil, Forbach (acte de naissance) ; Châlons-en-Champagne (transcription de l’acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément