ASTIER Jean, Émile

Par Renaud Poulain-Argiolas

Né le 2 janvier 1917 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 18 janvier 2002 à Istres (Bouches-du-Rhône) ; employé à la SNCF à l’entretien du matériel ; syndicaliste CGT ; militant communiste de Miramas (Bouches-du-Rhône) ; membre du Mouvement de la Paix.

Retraités de la CGT de Miramas au début des années 1970 (devant l’Union locale). Jean Astier est accroupi fumant la pipe. Sa femme Yvonne se tient debout, la quatrième en partant de la gauche,

Il travaillait à la SNCF au service de l’entretien du matériel. Il emménagea avec sa femme Yvonne, née Bonnefois à Miramas en 1946 aux Cités Jardins, quartier dans lequel ils passèrent le reste de leur vie.
Ils eurent une fille et deux garçons.
Jean Astier était syndicaliste à la CGT. Il participa à de nombreuses grèves.
Son engagement syndical se poursuivit même après sa retraite au sein de la section des cheminots retraités de la CGT.
Membre du PCF, il participa avec assiduité aux réunions de la cellule Arthur Favaro ainsi qu’aux manifestations du Mouvement de la Paix.

Incinéré après son décès, ses cendres reposent aux côtés de celles de sa femme au columbarium du cimetière de Miramas.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238356, notice ASTIER Jean, Émile par Renaud Poulain-Argiolas, version mise en ligne le 20 février 2021, dernière modification le 16 février 2021.

Par Renaud Poulain-Argiolas

Retraités de la CGT de Miramas au début des années 1970 (devant l’Union locale). Jean Astier est accroupi fumant la pipe. Sa femme Yvonne se tient debout, la quatrième en partant de la gauche,

SOURCES : Propos recueillis auprès de sa fille, Marie-Claude Incerti. — Données du site Généanet. — Cimetière de Miramas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément