LIÉVIN Paul, Louis

Par Jean-Jacques Doré

Né le le 3 décembre 1896 à Paris (XIVe arr.), mort à Paris (Xe arr.) le 4 janvier 1968 ; mécanicien ajusteur, directeur de tournées théâtrales puis cuisinier dans la marine marchande ; secrétaire du syndicat CGT des Marins du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) en 1929 puis de 1931 à 1933.

Fils d’Élisa Parisot, domestique, légitimé par son mariage avec Julien Liévin à Flers (Orne) le 1er mars 1901, Paul travaillait comme ajusteur mécanicien à Franconville (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) lorsqu’il fut incorporé le 12 avril 1915 dans l’infanterie, dans l’artillerie lourde puis à Lyon (Rhône) au 2e groupe d’aviation où il fut démobilisé le 24 septembre 1919 puis se maria à Paris avec Germaine Devise le 12 avril 1920.

Un temps organisateur de tournées théâtrales dans la région parisienne, il retourna vivre en 1924 chez ses parents qui tenaient un garage à Martigné-sur-Mayenne puis se fixa au Havre d’où il navigua comme cuisinier dans la marine marchande en 1928.

À la demande de la Fédération CGT des Inscrits maritimes, il fut chargé avec Charley Courcier de réorganiser le syndicat des Marins du Havre mis à mal par la défection de Joseph Le Gonidec passé à la Fédération autonome des Travailleurs de la mer en 1927.

Le syndicat des Marins confédérés du Havre fut reconstitué le 2 août 1929, Paul Liévin fut élu secrétaire et Charley Courcier secrétaire adjoint. François Lemarié permanent du syndicat des Agents du service général à bord, prit en charge la trésorerie de l’organisation.

Courcier lui succéda début 1930, mais lorsqu’il fit défection à son tour pour les sirènes de l’autonomie, Liévin reprit en charge le secrétariat du syndicat au mois d’octobre. Réélu en 1931 et en 1932 au cours d’une assemblée générale réunie le 14 février au cercle Franklin. Un groupe de marins unitaires fit irruption dans la salle provoquant une bagarre générale, réfugié sur l’estrade il dut se défendre avec un coupe-papier en bronze "qui fit quelques dégâts parmi les assaillants". Un des blessés porta plainte et il fut condamné le 31 mai 1932 à 5 frs. d’amende pour port d’arme prohibé par le tribunal correctionnel du Havre.

Le syndicat CGT des Marins du Havre cessa de fonctionner lorsqu’il quitta le Havre pour Ploermel (Morbihan) où il se porta acquéreur d’un débit de boissons. Une fois encore il fut rattrapé par la justice lorsqu’il fut condamné par le tribunal correctionnel de Ploermel à 25 frs. d’amende pour défaut de déclaration de mutation de propriété d’un débit de boissons en janvier 1937.

Paul Liévin se remaria à Paris (XVIIe arr.) le 23 mai 1942 avec Raymonde Boissin, il mourut dans le Xe arr. le 4 janvier 1968.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238394, notice LIÉVIN Paul, Louis par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 16 février 2021, dernière modification le 16 février 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936, 10 MP 1410 bis Syndicats dissous après 1936, 1 MP 587 Manifestations. — Direction des affaires sociales de la préfecture, dossiers non versés aux archives. — Arch. Dép. Seine État civil, Registre matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément