JALLET Robert, Emmanuel, alias « Cravate », puis « Clovis ».

Par Michel Gorand

Né le 25 juillet 1890 à Meulan-en-Yvelines (Seine-et-Oise, puis Yvelines) ; Directeur d’entreprise de travaux publics ; Résistant « Libération », MUR ; FFC ; DIR ; mort le 24 mars 1945 à Martizay (Indre).

Fils de Lucien, Léon Jallet, entrepreneur en travaux publics et de Marguerite, Louise Foursin, demeurant rue plâtrière à Meulan en 1890. Ancien combattant de la Première guerre, titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de guerre 1914-1918, Robert Jallet, replié de Paris, s’installa comme Directeur de l’entreprise de travaux publics S.C.O.T. « Société Coopérative des ouvriers et techniciens du bâtiment » ; il résidait à Châteauroux 14 rue Ernest Courtin. C’est dans cette entreprise qu’une douzaine d’Ingénieurs et contremaitres, d’origine CGT ou Socialistes créèrent au début de 1942, autour de leur Directeur, un groupe de Résistance. La SCOT avait des chantiers dans l’Indre à Déols et Montierchaume ainsi que sur les lignes de chemin de fer Tours-Vierzon et au tunnel de Cerbère, à proximité de l’Espagne : cela permit à ce groupe de résistance d’organiser des franchissements de la ligne de démarcation ainsi que des filières d’évasion pour l’Angleterre via l’Espagne ; Jallet fut homologué dans les Forces Françaises Combattantes (FFC). Au début 1942, après contact avec la Direction de « Libération » de Limoges, le groupe devint l’antenne de Châteauroux ; Jallet fut prévenu par Limoges de prendre contact avec Robert Monestier, secrétaire départemental de l’Office du Blé et lui-même, membre de « Libération » depuis octobre 1941 qui devint son adjoint, chargé des relations politiques.
En mai 1942, Robert Jallet, alias « Cravate » puis « Clovis », responsable départemental de « Libération » et Auguste Chantraine donnèrent accord à André Chauvat pour un partage avec les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) des armes et explosifs reçus de Londres.
En Janvier 1943, Jallet et Monestier devinrent Co-responsables des MUR (Mouvement Uni de la Résistance) dans l’Indre, (fusion de Libération et Francs-Tireurs), Jallet s’occupant notamment du recrutement et de la recherche de fonds et Monestier de la coordination de l’action ; la SCOT servit parfois de « banquier » pour le MUR et pour le Service social de secours aux familles ; fin 1943 le MUR, était bien structuré, et les corps-francs de Libération (CFL) étaient constitués pour l’action et des actions il y en eut d’entente avec les FTP ; Robert Jallet bénéficiait d’un secrétariat permanent dirigé par Jean Traversat (alias Duché), officiellement embauché à la SCOT. Depuis novembre 1942, le Capitaine André Petit (alias Patrick), de Châteauroux, avait été chargé de la mise en place, dans l’Indre, de l’Armée secrète (AS) : il rencontra à plusieurs reprises Robert Jallet à partir de février 1943 jusqu’à août, date de son arrestation ; Robert Jallet, devint Membre du Comité Départemental de Libération (CDL) clandestin, lors de sa création en avril 1944. Dans la période 1943-1944, il fut également correspondant du SOE (service secret anglais) réseau belge et en relations avec des réseaux de Résistance espagnols.
Robert Jallet fut arrêté à Châteauroux le 24 mai 1944, puis incarcéré à la prison de Limoges où il fut torturé. Il en sortit le 22 août 1944, à la libération de Limoges par la Résistance ; affaibli par les tortures et l’emprisonnement, il fut nommé au comité d’épuration, où il joua un rôle modérateur ; il fut homologué DIR (Déportés et Internés Résistants). Il mourut des suites de ses blessures le 24 mars 1945 à 1h30 à Clérolles, commune de Martizay où il était soigné chez M. Robert Gauvin, un ami, membre du CDL de l’Indre ; Jallet fut reconnu « Mort pour la France ». Ses obsèques eurent lieu le 26 mars à Châteauroux et il fut inhumé dans le cimetière Saint-Christophe avec son gendre Robert Beaujoin.
Robert Jallet avait une fille, Paulette, qui était sa secrétaire à la SCOT : elle épousa Robert Beaujoin en 1941, lequel s’engagea dans les Forces françaises libres (FFL) comme pilote de chasse en mai 1943 ; le 8 janvier 1945, au retour d’une mission de bombardement en Allemagne, il fut tué, son avion pris dans une tempête de neige percuta le sol à Mesnay (Jura). D’abord inhumé à Arbois son corps fut ramené ensuite au cimetière Saint-Christophe de Châteauroux. En 1950, Paulette Jallet épousa, en secondes noces, André Chauvat qui mourut, en 1988, à l’hôpital de Dax (Landes) et fut inhumé à Argenton-sur-Creuse.
Robert Jallet s’était marié avec Marie-Antoinette Champion le 29 novembre 1919 à Graçay (Cher) ; Chevalier de la Légion d’honneur, février 1946 ; Médaille militaire ; Croix de Guerre 1939-45 ; Médaille de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238597, notice JALLET Robert, Emmanuel, alias « Cravate », puis « Clovis ». par Michel Gorand, version mise en ligne le 19 février 2021, dernière modification le 20 février 2021.

Par Michel Gorand

SOURCES : n°11 du registre décès de Martizay ; Mémoire d’une Époque-Indre 1940-1944 de Michel Jouanneau-1995-Badel-Châteauroux. ASPHARESD, tome 2-été 1944, notes de Jean-Louis Laubry, p.107. Homologué FFC et DIR (GR 16 P n°305400). Note de Marie Beuzard, ANACR-Indre ; Correspondances avec Jean-Paul Gires (2021).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément