YVON Édouard, Charles

Par Emeric Tellier

Né à Champrond (Sarthe) le 18 mai 1879, mort le 6 mai 1952 à Paris (VIIe arr.) ; Ajusteur, tourneur sur métaux ; syndicaliste de la Sarthe.

Édouard Yvon a vu le jour au domicile de ses parents. Son père, Théodore Joseph Yvon, 42 ans, était forgeron aux forges de Cormorin à Champrond, dites « forges de Vibraye », tandis que sa mère, Félicité Loison, âgée de 34 ans était sans profession.
Il a effectué son service militaire au 4e Escadron du Train de novembre 1900 à septembre 1901.
Il était membre de la commission exécutive du Syndicat des ouvriers des constructions mécaniques de la Sarthe en 1904. Il résidait 15 rue Saint-Pavin au Mans (Sarthe), avant de déménager au 10 impasse de Belfort en 1909, toujours dans la même ville.
A l’automne 1909, il a quitté la Sarthe pour s’installer au Havre (Seine-Maritime) où il a résidé successivement rue de Normandie, rue Cassard, rue Jules Lecesne, rue Bayard et enfin rue Massillon, où il est signalé en mars 1914.
Le 13 août 1914, il est embarqué sur « La Lorraine », paquebot réquisitionné par l’État, comme quartier-maître chauffeur temporaire. Il y est réquisitionné jusqu’à la fin de la guerre.
Sa fiche de registre-matricule le décrit de la manière suivante : « yeux bleus, nez moyen, menton rond, sourcils châtains, front ordinaire, bouche moyenne, visage ovale, taille : 1 mètre 68 ». Son degré d’instruction générale était « 3 », c’est-à-dire qu’il possédait une instruction primaire, sans pour autant avoir obtenu le brevet de l’enseignement primaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238743, notice YVON Édouard, Charles par Emeric Tellier, version mise en ligne le 22 février 2021, dernière modification le 22 février 2021.

Par Emeric Tellier

SOURCES : Arch. Dép. de la Sarthe, 10 M 118. — État-civil et registre-matricule en ligne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément