FONTBONNAT Joseph, Henri

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 17 novembre 1893 à Désertines (Allier), mort le 17 février 1965 à Désertines ; chaudronnier-traceur à l’usine Saint-Jacques de Montluçon (Allier) ; militant unitaire 1922-1935 ; membre de l’Union Centrale des Travailleurs Métallurgistes de Montluçon et trésorier général 1933-1935 et 1946.

Jpseph, Henri Fontbonnat était le fils de Louis Fontbonnat, burineur à l’usine Saint-Jacques, un Marianneux, chef du parti ouvrier à Désertines. La précision des deux prénoms est indispensable car il il y a eu plusieurs militants de l’Allier nommés Fontbonnat et même plusieurs Joseph Fontbonnat
En 1911, Joseph, Henri Fontbonnat travailla comme chaudronnier à l’usine Saint-Jacques (compagnie Châtillon-Commentry). Après avoir effectué toute la guerre comme canonnier, il épousa Annette-Marie Bideau, le 25 août 1917 à Désertines, il eut deux fils, Georges et Henri. Après avoir vécu à Paris en 1920-1921, il habita rue Joseph Besson à Désertines (Allier). Il adhéra, en août 1922, à l’Union Centrale des Ouvriers Métallurgistes de Montluçon (UCTM), syndicat unitaire. Il paya régulièrement ses cotisations jusqu’en 1936. En mars 1933, il fut désigné trésorier-général de l’UCTM. A une date inconnue, secrétaire-trésorier de l’Union locale CGTU de Montluçon. Secrétaire-trésorier de la cellule communiste de Désertines, en 1932, il devint trésorier du Rayon communiste de Montluçon, reconduit le 15 décembre 1934 et aux congrès du 26 mai, du 3 novembre 1935, intégrant un secrétariat collectif.
Aux élections cantonales (Montluçon-est) d’octobre 1931, il se présenta contre Marx Dormoy (SFIO) au nom du Bloc ouvrier et paysan (SFIC), il recueillit 748 voix, à noter la présence d’un candidat d’unité ouvrière et paysanne (parti socialiste-communiste et ouvrier paysan réunis), Albert Chartier. Suite au décès du conseiller d’arrondissement Marius Genest, il fut proposé par le parti communiste à l’élection complémentaire du 2 juillet 1933 (589 voix), présenté comme ouvrier métallurgiste, le Rayon communiste reconnait avoir eu des difficultés financières à l’occasion de cette élection. Il participa aux élections municipales de Désertines, en mai 1935, sur une liste communiste du Bloc ouvrier et paysan (201 voix) qui s’opposa à la liste communiste (liste sortante) conduite par son homonyme et réélue (645 voix).
Il participa, pour les unitaires, à plusieurs délégations chargées de négocier avec les confédérés les conditions de la réunification du syndicat des métaux de Montluçon et des deux unions locales. Il fut reconduit comme trésorier dans le bureau du syndicat réunifié de mars 1936.
Après la Libération, le syndicat des métaux se réorganisa et Joseph, Henri Fontbonnat occupa à nouveau le poste de trésorier (29 janvier 1945).
Joseph Fontbonnat était membre de l’A.R.A.C.
Ses obsèques civiles furent célébrées en février 1965.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238790, notice FONTBONNAT Joseph, Henri par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 23 février 2021, dernière modification le 23 février 2021.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch. Dép. Allier, 1R877 1M551. — Arch. Mun. de Montluçon, 7F. — Arch. de l’IHS-CGT de l’Allier registre des adhérents de l’UCTM et registre des procès-verbaux 1935-1949. — Presse L’Emancipateur, octobre 1931 juin 1935 juillet 1933 novembre 1935. — Le Centre, 7 mai 1935. — État civil. Recensement de population, 1906, 1911.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément