FONTBONNAT Louis dit Cossat

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 12 novembre 1854 à Désertines (Allier), mort le 6 avril 1939 à Désertines ; ouvrier métallurgiste, burineur à l’usine Poinot de Montluçon (Allier) ; pionnier du socialisme ; poète.

Louis Fontbonnat travailla comme burineur à l’usine Poinot puis à l’usine Saint Jacques qui dépendaient de la Compagnie Châtillon-Commentry. Il épousa Anne Doucet, le 5 septembre 1882 ; le couple eut deux fils Henri-Joseph (ajusteur à Saint Jacques) ; Joseph-Henri (chaudronnier à Saint Jacques) qui fut un militant de la CGTU (1922-1935), du parti communiste ; une fille Françoise. Louis Fontbonnat fut un « Marianneux », « La Marianne » était une société secrète républicaine créée dans l’Allier en 1872 dont fit partie Christophe Thivrier (rue Damiette à Montluçon) en 1880, 1881 et 1887. Il devint un militant syndicaliste, partisan convaincu des coopératives.
Louis Fontbonnat écrivit et mit en musique des couplets à la gloire du pays biachet (nom donné aux habitants de Marmignolles, commune de Désertines). Il était connu pour être un poète, un chansonnier et un joueur de basse ou de trombone à l’harmonie Désertines-Marmignolles, société qui obtint de nombreuses médailles et palmes dans les concours.
En 1892, il fut élu conseiller municipal de Désertines sur la liste « collectiviste » de Louis Meynot. Au banquet du 18 mars 1894, il prononça un discours en faveur de la Commune, sa forge personnelle fut alors perquisitionnée par la police.
Il habita rue Joseph Besson. En 1936, il était cultivateur.
Une rue du lotissement de La Loubières, de Désertines porte son nom : « Louis-Fontbonnat, « poète et chansonnier biachet ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238794, notice FONTBONNAT Louis dit Cossat par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 23 février 2021, dernière modification le 23 février 2021.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch. Dép. de l’Allier : 1M286-a, 4M2031. — Andrée Méténier-Esbelin, Si Désertines nous était conté…, éd. « Art et Culture » Désertines, 1989, p. 75 et 124. — État civil. Recensements de population 1906, 1911, 1936.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément