ABDERRAHAME Ben Hassaine

Par Philippe Durut

Né en 1911 à Tesslit Erabaa (Maroc), mort des suites de ses blessures le 26 août 1943 à Bayonne (Basses-Pyrénées, aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques)  ; soldat colonial ; prisonnier de guerre évadé.

Ben Hassaine Abderrahame, soldat au 2 ème Spahis marocain sous le matricule 2770, prisonnier au camp d’Ychoux (Landes), rattaché au Frontstalag 195 d’Onesse-et-Laharie près de Morcenx (Landes), tenta de s’évader. Le dossier papier conservé au Service Historique de la Défense à Caen, Division des archives des victimes des conflits contemporains, ne précise pas l’endroit où se produisit sa tentative d’évasion, mais probablement en forêt.
Blessé par balle à l’abdomen, il fut conduit à l’hôpital de Bayonne, pourtant distant de plus d’une centaine de kilomètres. Il succomba le 26 août 1943.
Il a été inhumé au cimetière Saint-Léon de Bayonne, initialement 2 ° Section_18e rangée_ tombe N°23.Après la guerre, la ville de Bayonne, confrontée à la saturation de ce cimetière, a obtenu l’autorisation de regrouper dans une crypte les cercueils de la centaine de prisonniers coloniaux décédés entre 1940 et 1944. On peut visiter la crypte après avoir obtenu la clef auprès du gardien du cimetière Saint-Léon.
Ben Hassaine Abderrahame a été déclaré Mort pour la France le 3 janvier 1944, mention non reportée sur le registre des décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238871, notice ABDERRAHAME Ben Hassaine par Philippe Durut, version mise en ligne le 25 février 2021, dernière modification le 25 février 2021.

Par Philippe Durut

SOURCES  : Site internet Mémoire des Hommes. — Dossier papier SHD Caen 21P1159. — Registre de la ville de Bayonne, acte de décès N°359. — Polo Beyris, Un camp oublié à Bayonne. 1939-1947, Bayonne, éditions Elkar, 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément