SERBOLI Marco, Émile alias Maximilien Ludre dans la résistance

Par Eric Panthou

Né le 24 avril 1920 à San Leonardo (Italie), mort au combat le 21 juin 1944 à Espinasse (Cantal) ; mécanicien ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Portrait de Marc Serboli

Fils de Guiseppe et de Luiga Térésa Ovizach, Marco Serboli habitait Blainville-sur-l’Eau (Meurthe-et-Mosel). Il était mécanicien et était marié à Gilberte Raymonde Bastien.
Il rejoignit l’Auvergne où il fut employé comme mécanicien à la mine de Leucamp (Cantal). Il rejoignit la Résistance à une date qu’on ignore. Il intégra comme son camarade Chaxel, lui aussi originaie de Blaniville, la 8ème Compagnie du Mont-Mouchet qui fut chargée d’arrêter les Allemands lors de leur attaque sur le réduit de Chaudes-Aigues le 20 juin 1944. Il fit partie de ceux qui durent évacuer le Pont-Rouge, commune de Chaudes-Aigues. Avec ses camarades Marc Seboli et Pierre Conrié alias Lampert, ils se replièrent vers le Lioran avec 11 camarades de leur groupe lorsqu’ils se trouvèrent face à un poste allemand puissamment armé.
Ce sont dans ces circonstances qu’Émile Chaxel et Marc Seboli ont été tués à Boyès, commune d’Espinasse (Cantal).

Il a été cité à l’ordre de la Division et reconnu Mort pour la France. Il a reçu la Croix de guerre avec étoile d’argent.

Son nom figure sur la plaque en mémoire des FFI du canton de Montsalvy morts pour la France en 1944 sur le monument aux morts de la commune. Il figure aussi sur le monument commémoratif 1939-1945 à Chaudes-Aigues ainsi que sur le monument aux Morts de Blainville-sur-l’Eau (Meurthe-et-Moselle).

Par jugement du tribunal civil de Saint-Flour en date du 6 février 1947, son décès a été déclaré constant à Espinasse le 20 juin 1944 et non le 21 juin comme Chaxel et Conrié. Jean Favier considère que c’est une erreur et qu’il a bien été tué le 21 juin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238956, notice SERBOLI Marco, Émile alias Maximilien Ludre dans la résistance par Eric Panthou, version mise en ligne le 27 février 2021, dernière modification le 4 avril 2021.

Par Eric Panthou

Portrait de Marc Serboli

SOURCES : Les combats du Pont-Rouge et du bois de Védrines : réduits de la Truyères- 20 juin 1944. Anterrieux : Musée de la Résistance, 2006, 2ème édition, revue et complétée, 45 p. — AVCC Caen, AC 21 P 155378, dossier Marc Serbolil (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 545268, dossier résistant Marc Serbolil (nc). — Jean Favier, Mémorial du réduit de la Truyère, Aurillac, Union des ACVG - CVR du Cantal, Musée de la Résistance d’Anterrieux, 2008. — Mémorialgenweb. — État-civil Espinasse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément