CHABAL Abel, Félix, Bertin

Par Jean-Luc Marquer

Né le 24 juillet 1910 à Montjay (Hautes-Alpes), mort au combat le 23 juillet 1944 à Villard-de-Lans (Isère) ; militaire de carrière ; résistant de l’Armée Secrète homologué lieutenant des Forces françaises de l’Intérieur

Tombe 87, Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère), lieu de mémoire
Tombe 87, Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère), lieu de mémoire
Photo : Thierry Pinel, Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

Abel, Félix, Bertin Chabal était le fils de Jean, Léon, Ferdinand, Prudent et de Léonie, Anne Beyssier, son épouse.
Bien que doué pour les études, sa scolarité s’acheva après le certificat d’études et il travailla dans la ferme familiale jusqu’à son service militaire.
Incorporé le 31 octobre 1931 au 2ème régiment de zouaves stationné à Oujda (Maroc), il décida de s"engager dans la carrière militaire. Il suivit alors les différentes formations permettant de monter en grade et fut nommé sergent en 1933 au 1er régiment de zouaves.
Il demanda à servir dans l’armée des Alpes et il fut affecté en 1934 au 11ème bataillon de chasseurs alpins. Il rejoignit en 1935 le 70ème bataillon alpin de forteresse.
Breveté chef de section mitrailleur en 1937, il fut promu adjudant-chef le 16 juin 1940.
Son attitude héroïque contre les Italiens lui valut une citation et la Croix de guerre 1940.
Il fut ensuite affecté dans l’armée d’armistice au 6ème bataillon de chasseurs alpins jusqu’à la dissolution de ce dernier en novembre 1942.
Il regagna alors les Hautes-Alpes et trouva un emploi aux Eaux-et-Forêts de Digne (aujourd’hui Digne-les-Bains, Hautes-Alpes) qui fut l’occasion d’orienter des jeunes gens vers le maquis du Vercors.
Rejoignant le Vercors, secteur 8 de l’AS Isère, en février 1944, il fut chargé par Albert De-Seguin-de-Reyniès, ancien chef de corps du 6ème BCA et alors responsable de l’armée secrète de l’Isère, de former une section composée pour la plus grande part d’anciens soldats du 6ème BCA.
La section "Chabal" devint une unité d’élite. Son intervention permit de retourner la situation lors du premier combat de Saint-Nizier-du-Moucherotte le 13 juin 1944.
Le 15 juin 1944, elle permit, en tenant tête aux assaillants revenus en force, le repli vers Lans-en-Vercors (Isère).
Abel Chabal fut promu lieutenant le 25 juin 1944 et décoré de la Croix de guerre.
La section, augmentée par l’afflux de jeunes résistants enthousiastes mais inexpérimentés, devint la compagnie Chabal.
Elle participa aux combats autour de Vassieux (aujourd’hui Vassieux-en-Vercors, Drôme) contre les Allemands arrivés par planeurs et parachutés le 21 juillet 1944.
Le soir du 21 juillet, la compagnie Chabal fut chargée de défendre le secteur de Valchevrière, un hameau abandonné de la commune de Villard-de-Lans (Isère), afin d’empêcher la jonction entre les troupes allemandes qui occupaient le nord du massif et celles qui avaient pris pied en son centre. Le belvédère de Valchevrière fut fortifié autant que possible avec les moyens disponibles.
L’après-midi du 22 juillet 1944, malgré un rapport numérique extrêmement défavorable, les premières attaques furent repoussées.
Le 23 juillet 1944 à l’aube, les Allemands attaquèrent les positions tenues par les résistants. Vers 9 heures l’avant-poste fut submergé, puis l’ennemi ayant pris place sur un sommet dominant le belvédère, la situation devint intenable.
Abel Chabal adressa alors à l’état major cet ultime message : "Je suis presque encerclé, nous nous apprêtons à faire Sidi-Brahim. Vive la France".
Vers midi parvint l’ordre de dispersion.
Quelques minutes plus tard, il fut blessé une première fois, puis d’autres balles l’abattirent. Il trouva la force, avant de mourir, de jeter dans le ravin le carnet qui contenait les noms de ses hommes et ses instructions.
Outre Abel Chabal, la compagnie perdit ce jour-là un officier et cinq chasseurs.
Les Allemands incendièrent le hameau de Valchevrière dont seule la petite église reste debout. C’est aujourd’hui un site historique national, lieu de mémoire.
Abel Chabal obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué résistant, lieutenant des Forces françaises de l’Intérieur.
Il fut enterré à Villard-de-Lans le 25 août 1944 puis il fut inhumé dans le caveau familial à Montjay (Hautes-Alpes).
La tombe 87 de la nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère) porte son nom.
La compagnie Chabal fut citée à l’ordre de l’Armée et décorée de la Croix de guerre.
Abel Chabal fut cité à l’ordre de l’Armée et élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume.
Son nom figure sur une plaque commémorative apposée à Valchevrière, sur les monuments aux morts de Villard-de-Lans et Montjay, sur la plaque commémorative apposée dans l’église de cette commune et sur le monument commémoratif des bataillons de chasseurs alpins à Varces-Allières-et-Risset (Isère).
Une rue de Grenoble (Isère) et une place de Saint-Pierre-de-Chandieu (Rhône) portent son nom.


Notice provisoire


Voir : Valchevrière, commune de Villard-de-Lans
Voir : Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article238967, notice CHABAL Abel, Félix, Bertin par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 10 avril 2021, dernière modification le 4 août 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Tombe 87, Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère), lieu de mémoire
Tombe 87, Nécropole nationale de Saint-Nizier-du-Moucherotte (Isère), lieu de mémoire
Photo : Thierry Pinel, Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0

SOURCES : SHD Vincennes, GR 16 P 115543 (à consulter) ; GR 19 P 38/16 — AVCC Caen, AC 21 P 40666 (à consulter) — Mémoire des hommes — Musée de la Résistance en ligne, article de Philippe Huet et Jean-Pierre Martin — Balade en Isèrehttps://diables-bleus-du-30e.actifforum.com/t688-adjudant-chef-abel-chabal — Mémorial GenWeb — Geneanet

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément