GACON Germaine [née HENRY Anne, Clotilde, Louise, Germaine]

Par Dominique Loiseau

Née le 16 mai 1911 à Rochefort (Charente-inférieure/Maritime), morte le 2 juillet 2001 à Saint-Genis-Laval (Rhône) ; professeure de lettres ; responsable départementale de l’UFF pour le Rhône, permanente du PCF (1947-1957) ; conseillère municipale.

Germaine Henry était la fille d’Honoré Henry, capitaine d’administration du Génie, et de Marie, Louise Lajoanto. Elle épousa le 30 août 1933 à Lyon (IIe arr.) Pierre, Jean, Claude Gacon. Ils eurent une fille, puis se séparèrent après la Libération. Était-ce Pierre Gacon, né le 29 octobre 1909 à Lyon (Rhône), reçu à l’agrégation des lettres en 1932, professeur au lycée Ampère à Lyon, qui fut un responsable important de la Résistance (Franc-Tireur et MUR) ? Elle-même avait été résistante dans les Forces françaises libres.

Professeure mais à partir de 1962 indiquée comme économe, elle adhéra au PCF en 1946, et devint permanente communiste de 1947 à janvier 1957, puis travailla à partir de 1959 dans une cantine d’enfants. Elle fut membre du bureau fédéral du Rhône à partir de 1952 au moins. Elle entra au secrétariat fédéral en 1953 : cinquième secrétaire, puis quatrième en 1954, puis à nouveau cinquième jusqu’en janvier 1957 où elle fut seulement membre du comité fédéral.

En effet, en 1956, elle avait, en tant que secrétaire fédérale, demandé à Jacques Duclos, en visite à Lyon, des précisions sur le rapport Khrouchtchev. Au congrès du PCF, elle demanda au délégué du Rhône d’intervenir pour que le PCF adopte des positions claires sur ce rapport. La direction communiste exigea alors une autocritique des militants de la fédération et, en janvier 1957, leur imposa la tenue d’une nouvelle conférence fédérale, où Germaine Gacon fut démise de ses fonctions. Elle continua à être membre du comité fédéral durant quelques années. Elle milita également à l’Union des femmes françaises, dont elle fut secrétaire départementale environ de 1950 à 1956, puis vice-présidente jusqu’en 1961. Elle fut élue au comité national en 1946, 1952 et 1954. Elle effectua des séjours officiels en URSS invitée comme responsable de l’UFF en 1948 et en mai 1951. Ses hôtes se félicitaient des comparaisons faites par elle sur la situation comparée des travailleurs soviétiques et français « soulignant l’aggravation de la situation du peuple français et l’accroissement du mieux-être du peuple soviétique ». Elle était aussi membre de la Fédération démocratique internationale des femmes.

À partir de 1957, indiquée comme secrétaire départementale du Mouvement de la paix jusqu’en 1964, membre du conseil national du Mouvement de la paix en 1957, mais non en 1959. Elle milita par ailleurs aux Amitiés Franco-Polonaises, dont elle fut secrétaire.
Elle était indiquée comme conseillère municipale en 1962 seulement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article23914, notice GACON Germaine [née HENRY Anne, Clotilde, Louise, Germaine] par Dominique Loiseau, version mise en ligne le 14 décembre 2008, dernière modification le 29 juillet 2021.

Par Dominique Loiseau

SOURCES : Arch. fédérales du PCF. — Arch. comité national du PCF. — Arch. de l’UFF (congrès). — RGASPI, 495 270 8931/5. — Renée Rousseau, Les Femmes rouges, Albin Michel, 1983. — Notes d’Alain Dalançon, de Jacques Girault et de Cécile Jaquet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément